/entertainment/celebrities
Navigation

La prof derrière la visite d’Oprah

L’amour que Valerie Kamel voue à l’animatrice américaine ne date pas d’hier

Coup d'oeil sur cet article

Malgré un sérieux manque de sommeil, Valerie Kamel débordait d’énergie 48 heures après avoir rencontré Oprah Winfrey au Centre Bell et 24 heures après l’avoir accueillie à Pierrefonds. « J’ai dormi 90 minutes au cours des deux derniers jours... C’est fou ! » s’exclame l’enseignante.

Professeure d’anglais au Collège Beaubois, une école privée primaire et secondaire à Montréal, Valerie Kamel peinait encore à comprendre, mardi après-midi, tout ce qu’elle avait vécu depuis dimanche, quand son idole l’avait fait monter sur scène devant des milliers de personnes pour l’informer qu’elle allait visiter son école le lendemain. Car pour cette Québécoise de 42 ans, le passage-surprise de l’animatrice et productrice américaine représentait beaucoup plus qu’une simple virée hyper médiatisée : c’était l’aboutissement de 15 années d’amour inconditionnel.

Valerie Kamel et Oprah Winfrey
Photo Mario Beauregard
Valerie Kamel et Oprah Winfrey

« C’était sacré »

Valerie Kamel a découvert Oprah Winfrey en 2004, durant son premier congé de maternité. En entrevue au Journal, la mère de trois garçons raconte qu’elle regardait son émission religieusement.

« C’était sacré, indique-t-elle. Chaque jour à 16 h, j’étais devant ma télé, le petit dans les bras, et j’écoutais Oprah. Et j’enregistrais les shows sur VHS. »

De retour au travail, Valerie Kamel n’a pas tardé à partager sa nouvelle passion à ses étudiants. Pendant des années, elle commençait ses cours en disant : « Vous savez ce que j’ai vu à Oprah hier ? »

« Je prenais à cœur tout ce qu’elle disait et j’en faisais profiter mes élèves », souligne la fille d’un couple d’Égyptiens qui a grandi à Saint-Hubert, en banlieue de Montréal.

Une obsession

Les proches de Valerie Kamel peuvent témoigner du véritable culte qu’elle voue à Mme Winfrey. Rencontrée lundi à Pierrefonds, son amie de longue date, Elemi Grigoropoulos, parle même de fixation. « Valerie est obsédée, confie-t-elle. Oprah, c’est sa mentore, sa thérapeute. »

Même son de cloche du côté de Nancy Hanna, la mère de deux étudiantes du Collège Beaubois. « Valerie parle d’Oprah tout le temps », confirme-t-elle.

Cette fascination semble avoir servi Valerie Kamel. La principale intéressée croit être devenue une meilleure prof à cause d’elle.

« Quand tu regardes ses entrevues, tu vois qu’elle donne toute son attention à ses invités. Elle veut qu’ils s’expriment. Elle leur donne la confiance de prendre la parole. L’enseignement, c’est pareil. »

Un succès

Rencontrer ses idoles n’est pas toujours une bonne idée. Parfois, la magie fait place au dépit. Mais pour Valerie Kamel, on peut parler d’un succès sur toute la ligne. Le tout, grâce aux médias sociaux et à une campagne savamment orchestrée sur Instagram et YouTube.

« Oprah est exactement comme je l’imaginais. Quand elle m’a prise dans ses bras, elle était tellement chaleureuse ! Mon rêve s’est réalisé. » - Avec la collaboration de Raphaël Gendron-Martin.