/finance/business
Navigation

Pêche au homard: une saison record en Gaspésie

Coup d'oeil sur cet article

La pêche au homard s'annonce exceptionnelle cette année en Gaspésie. La ressource est abondante, notamment en raison du réchauffement de l’eau qui est favorable au crustacé.

Même s’il reste encore quelques semaines à la saison, certains pêcheurs ont déjà attrapé autant de homards qu’en 2017, une année pourtant record.

Depuis 2011, les années exceptionnelles au chapitre de la récolte se succèdent. En 2018, la situation a été plus difficile, car de nombreux pêcheurs avaient vu leur saison en mer écourtée en raison des mesures de protection de la baleine noire.

Ressource abondante

L'abondance de la ressource s'explique par plusieurs facteurs.

Les mesures de conservation des homards adoptées il y a une dizaine d’années y sont pour quelque chose.

Le nombre de casiers alloués à chaque pêcheur avait été à l’époque réduit et certains permis avaient été rachetés. L’objectif était d’assurer la pérennité de la ressource à long terme avec une pêche durable. Une taille minimale et une taille maximale sont aussi imposées pour les homards pêchés en Gaspésie.

Par ailleurs, on note que le réchauffement climatique est également favorable au crustacé avec l'eau qui est plus chaude.

«Le Québec, en général, est au nord de la zone de distribution de l’espèce et on dirait que la distribution s’en va de plus en plus au nord. Donc, nous, en Gaspésie, on se situe dans une zone qui est plus favorable», a expliqué Jean Côté, biologiste et directeur scientifique du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie.

Des records seront donc déjà fracassés et la saison de pêche se termine qu’au début du mois de juillet dans la majorité des secteurs.