/sports/soccer/impact
Navigation

Une approche plus globale

Joey Saputo nomme Walter Sabatini directeur sportif global

Une approche plus globale
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Joey Saputo a fait un pas de plus vers l’intégration structurale de ses deux clubs de soccer en annonçant, mardi, l’embauche de Walter Sabatini au poste de directeur sportif global.

L’Italien de 64 ans aura pour tâche de superviser les décisions soccer de l’Impact et du FC Bologne, de la Série A italienne.

« L’an dernier, j’ai mentionné que je voulais que les deux organisations travaillent plus ensemble, qu’elles soient un peu comme un miroir », a expliqué le propriétaire des deux clubs, mardi.

« J’ai trouvé un président à Bologne et un autre ici. Après, ce sont les directeurs sportifs et les entraîneurs. Il fallait quelqu’un au sommet de la pyramide, un directeur sportif global qui allait superviser les deux organisations. »

Expérience

Sabatini, que Saputo qualifie de gourou du soccer européen, a une feuille de route très étoffée.

« Il a beaucoup d’expérience avec les jeunes joueurs. Il a bien fait où il a passé et il est à un âge où il peut apporter énormément à nos directeurs sportifs en Italie ou ici », a résumé Saputo pour expliquer son choix.

Sabatini a occupé le poste de directeur sportif avec de nombreux clubs de renom, soit Lazio, AS Rome, Palerme et l’Inter Milan. Il chapeautait aussi les opérations du club chinois Jiangsu, propriété du holding chinois Suninng, tout comme l’Inter.

« Ça ne s’est pas bien terminé avec le groupe de l’Inter Milan, a reconnu Saputo. Il y avait un plan en place et ils n’ont pas poursuivi dans cette direction, c’est pourquoi il a quitté. »

Sabatini a quitté son dernier emploi en mars dernier après moins d’un an.

Besoins

Saputo assure que l’arrivée de Sabatini va permettre de mieux identifier et de répondre aux besoins de l’Impact.

« Il sera basé à Bologne et va venir à Montréal de temps en temps pour voir ce qu’on fait », a ajouté Saputo.

Celui-ci évoque notamment la possibilité d’avoir une vision à plus grand horizon en recrutant des joueurs qui pourraient effectuer d’abord un stage à Montréal avant de prendre le chemin de Bologne.

Après tout, c’est un peu ce qu’ont fait New York City FC et Manchester City avec le jeune Anglais Jack Harrison. Les premiers avaient réalisé une transaction majeure avec le Fire de Chicago pour l’acquérir seulement quelques minutes après que le Fire l’ait sélectionné au tout premier rang lors du repêchage de 2016. Il est allé rejoindre Manchester City l’an passé.

Des connaissances

Ce n’était pas la première fois que Saputo courtisait Sabatini puisque les deux hommes se connaissent depuis le passage de Sabatini à l’AS Rome.

Il avait même tenté de le débaucher sans succès, mais cette fois-ci, le moment était juste.

« On a voulu l’amener comme directeur sportif il y a quelques années, mais il était avec la Roma à cette époque. »

Un trou comblé très bientôt

Mine de rien, le point de presse de mardi matin nous a rappelé que l’Impact n’avait toujours pas de directeur sportif et que c’est l’entraîneur-chef Rémi Garde qui est directeur du personnel des joueurs.

Le propriétaire, Joey Saputo, a annoncé mardi qu’une annonce serait bientôt faite en ce qui concerne la nomination d’un directeur sportif pour le club montréalais.

Pour lui, il est impératif que le candidat connaisse la MLS sur le bout des doigts, en plus de pouvoir communiquer aisément avec le personnel italien puisque Walter Sabatini sera basé à Bologne.

Il n’a pas voulu dire si le candidat – parce qu’on a l’impression qu’il est déjà choisi – proviendra de la structure actuelle du club ou s’il proviendra de l’extérieur.

« On va regarder toutes les possibilités. C’est Kevin [Gilmore] qui va en être responsable parce que c’est quelqu’un qui va travailler pour lui. »

Plus de silos

Le président de l’Impact, Kevin Gilmore, a une fois de plus répété l’importance que le club montréalais et le FC Bologna travaillent en harmonie.

« Il va falloir tenir compte de nos besoins en ayant une approche globale. On n’est pas le premier club à le faire. NYCFC et les Red Bulls le font aussi.

« Le but est d’opérer dans un silo où on s’entraide, on coopère et on partage de l’information et des joueurs. Je vais m’asseoir avec Walter pour m’assurer qu’on cible les bons candidats. »

C’est un poste clé au sein de l’organisation, puisque c’est celui qui entérine les décisions sportives, donc les mouvements de personnel.

« C’est le nouveau directeur sportif que nous nommerons qui aura le dernier mot sur les transactions, mais Rémi a été tenu au courant tout au long de ce processus », a indiqué Saputo.

Au courant

Kevin Gilmore assure que même si Rémi Garde n’a pas été impliqué dans le processus, il a été bien informé de celui-ci.

« Je l’ai informé au fur et à mesure que ça procédait. Il n’a pas fait partie du processus. C’est un processus qui s’est d’abord amorcé en Italie au cours des derniers mois. »

Par ailleurs, Garde écoule la dernière année de son contrat de deux ans et détient une option pour la saison prochaine. Gilmore n’a pas voulu trop en dire à ce sujet.

« Les discussions sont en cours, mais je ne vais pas commenter ou négocier dans les médias. Notre intention est de garder Rémi à long terme. »

Y aura-t-il des transferts cet été ?

La fenêtre de transferts estivale s’ouvrira le 9 juillet et on se demande si l’Impact sera actif, même s’il a des besoins, notamment en attaque.

Voyez-vous, le propriétaire, Joey Saputo, est resté assez vague à ce sujet en point de presse, mardi matin.

« Il y a un marché qui s’ouvre et on a des discussions sur le type de joueur dont on a besoin et l’argent qu’on a pour le faire.

« Il y a un plafond salarial et même si je veux dépenser, je ne peux pas nécessairement dépenser plus que ce qu’on a de disponible. »

Rémi Garde, qui est directeur du personnel des joueurs en plus d’être entraîneur-chef, est partie prenante de cette révision de l’effectif, et des joueurs disponibles et potentiellement intéressants.

« On regarde des joueurs de Bologne qu’on pourrait avoir en prêt, ça serait plus facile à intégrer dans le plafond salarial », a souligné Saputo, qui a ajouté que Garde n’aurait pas des joueurs dont il ne veut pas.

« On n’emmène pas de joueurs sans que l’entraîneur ne sache c’est qui. »