/opinion/columnists
Navigation

La laïcité face aux lobbys de l’Ontario

Coup d'oeil sur cet article

 

 Comme il fallait s’y attendre, les contestations judiciaires de la Loi sur la laïcité de l’État n’ont pas tardé.  

 

 En moins de 24 heures, la première salve a été tirée par deux organisations de l’Ontario : le Conseil national des musulmans canadiens et l’Association canadienne des libertés civiles. Et ce n’est qu’un début !  

 

 Pas sans mon foulard  

 

 Au centre de ce premier litige, une étudiante musulmane, de l’Université de Montréal, Ichrak Nourel Hak, qui prétend être discriminée par la Loi sur la laïcité de l’État, adoptée par l’Assemblée nationale, le 16 juin dernier.  

 

 Une loi qui briserait ses rêves de devenir enseignante, parce qu’elle n’aurait d’autre choix que d’enlever son « foulard dit islamique » si elle veut travailler dans son domaine.  

 

 On ne parle pas ici d’une enseignante d’une école publique qui serait menacée de perdre son emploi à cause de l’interdiction du port de « signes religieux », mais d’une jeune toujours aux études qui n’a pas de contrat de travail avec une institution scolaire.  

 

 Si l’enseignement lui tient à cœur et si le fichu est un symbole de son appartenance religieuse, qu’est-ce qui l’empêcherait de postuler dans des écoles privées ou dans des écoles musulmanes qui ne sont pas assujetties à la Loi sur la laïcité de l’État ?  

 

 Il n’en fallait pas plus pour que des lobbys de l’Ontario accourent pour mettre le Québec au pas. Au premier chef, le Conseil national des musulmans canadiens, connu auparavant sous le nom de Council on American-Islamic Relations CANADA – Conseil canadien des relations américano-islamiques (CAIR.CAN), en lien avec CAIR à Washington, qui a eu de nombreux démêlés avec la justice américaine et le FBI.  

 

 Le retour de la charia  

 

 Ce conseil prétend représenter tous les musulmans du Canada et ne rate aucune crise pour se présenter en sauveur de la « Oumma islamique ».  

 

 En novembre 2018, il avait profité de la tragédie de la mosquée de Québec pour réclamer du gouvernement fédéral de proclamer le 29 janvier Journée nationale contre l’islamophobie.  

 

 C’est ce même conseil qui est venu au secours d’une niqabi de Montréal pour contester devant les tribunaux la loi 62 et son exigence de livrer et recevoir les services de l’État à visage découvert.  

 

 Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt, car le vrai enjeu est ailleurs. Nous sommes à l’ère du djihad juridique. Un combat idéologique mené de l’intérieur des démocraties occidentales.  

 

 La charia est de retour et la laïcité est un obstacle majeur à son implantation. Dans ce sens, le Canada est de loin le ventre mou de l’Occident précisément à cause des garanties fondamentales qu’offrent la charte canadienne des droits et la primauté du multiculturalisme.  

 

 Pour bon nombre d’individus et de groupes de ces mouvances, un gouvernement régi par la laïcité leur est intolérable, car il va à l’encontre des impératifs de la « loi de Dieu ».