/sports/soccer/impact
Navigation

Shamit Shome: professionnel par accident

Shamit Shome planifiait d’abord de devenir ingénieur

Shamit Shome
Photo Chantal Poirier Shamit Shome est sorti de sa coquille avec l’Impact cette saison.

Coup d'oeil sur cet article

Shamit Shome est en train de se tailler un poste de partant indiscutable chez l’Impact, mais c’est presque par accident s’il est devenu joueur de soccer professionnel.

« Mon père m’a inscrit au soccer, je devais avoir quatre ou cinq ans et les gens ont remarqué que j’étais doué. À cet âge, tout est une question de coordination, et je l’avais.

« On avait aussi une grande cour à la maison, alors j’ai passé beaucoup de temps à jouer au ballon, à l’envoyer dans la cour du voisin aussi. »

Shome est né à Edmonton de parents originaires du Bangladesh. Il n’a donc jamais été dirigé vers le hockey. Pour ses parents, le foot était tout naturel dans une province qui est plus portée sur le hockey et le football canadien.

Surprise

Il a continué de gravir les échelons du soccer albertain et c’est à 17 ans que le FC Edmonton, alors dans la North American Soccer League, lui propose un contrat.

Pour l’adolescent qui venait tout juste de terminer son cours secondaire, c’était un projet estival assez sympathique avant d’entreprendre des études en génie électrique à l’Université de l’Alberta.

« Mes attentes ont été dépassées, je ne pensais pas vraiment jouer. Je pensais seulement pouvoir m’entraîner à un haut niveau tout en me concentrant sur mes études.

« Mais l’équipe n’allait pas bien et l’entraîneur m’a donné des chances, je les ai saisies et il s’est mis à me donner une tonne de minutes. C’est particulier pour moi parce que c’est là que tout a commencé. »

Shome aura finalement disputé 26 matchs, dont 18 titularisations, et 1654 minutes lors de cette unique saison à Edmonton.

Repêchage

« Le soccer n’a pas été toujours le plan A, surtout que dans la culture sud-asiatique, nous sommes très axés sur le travail.

« Je voulais mener les deux de front jusqu’à ce que j’atteigne la limite où ça ne serait plus possible, mais heureusement, j’ai eu un entraîneur compréhensif et j’ai pu faire les deux. J’ai pu dépasser mes propres limites. »

La première saison à Edmonton a modifié les priorités du jeune homme qui a maintenant 21 ans.

« Quand j’ai commencé à avoir des minutes avec le FC Edmonton et que j’ai ensuite été repêché, je me suis dit que l’école deviendrait le plan B tout en le faisant jusqu’au bout.

« C’est quand j’ai décidé de faire partie du repêchage que j’en ai parlé à mes parents. Mon père était d’accord, mais je pense que c’est parce qu’il a passé sa jeunesse à se concentrer sur ses études et qu’il comprenait le plaisir que j’éprouvais à jouer au soccer. Ma mère voulait que je priorise mes études. »

Disons que l’on comprend mieux quand on sait que son père est ingénieur civil, que sa mère travaille dans les technologies de l’information et que sa sœur étudie en médecine.

Confiance

À ses deux premières saisons avec l’Impact, Shome a mangé son pain noir et a très peu joué. On l’a vu dans un match pour huit minutes en 2017 et dans cinq matchs pour 249 minutes l’an passé.

Cette année, il est sorti de sa coquille avec déjà 13 présences, dont 9 départs pour 836 minutes. Il a aussi marqué son premier but dans la MLS en Nouvelle-Angleterre.

« Je crois que Rémi [Garde] me fait confiance. J’ai eu des chances l’an passé, mais je n’en ai pas assez profité.

« Mais cette saison, j’en ai vraiment profité. Si on retourne à mon premier match contre Kansas City, il aurait pu mettre un terme à l’expérience dès ce moment, mais il m’a donné une nouvelle chance deux matchs plus tard contre le DC United. »

Shome a aussi fait un gros travail mental pour devenir le professionnel qu’il veut être.

« Mentalement, j’ai beaucoup changé. À mes deux premières saisons, j’étais très professionnel et je me demandais pourquoi ça ne fonctionnait pas.

« Mais il y a tellement de choses autres que celles que l’on fait sur le terrain qui influencent comment on se comporte et la perception que les entraîneurs ont de nous. »

Question d’équilibre

Quand il n’est pas sur un terrain de soccer, Shamit Shome a le nez dans un livre ou se trouve dans un laboratoire de l’Université Concordia.

Il a beau être joueur de soccer professionnel et gagner plus d’argent que bien des jeunes de 21 ans comme lui, il entend tout de même obtenir son diplôme en génie électrique dans environ un an.

« C’est fou comme horaire, mais c’est un défi que j’apprécie même s’il m’impose des sacrifices. Je ne peux pas retourner à la maison dans le temps des Fêtes parce que j’ai des examens. Je ne peux pas passer tout le temps que je voudrais avec mes amis parce que je dois étudier. »

Stress

Ses absences fréquentes ont fait en sorte qu’il doit vivrwe avec une certaine pression.

« Les cours, ce n’est pas si mal parce que la présence n’est pas obligatoire. Mais il reste que j’ai raté plusieurs petits tests et que toutes ces notes qui ne sont pas comptabilisées font en sorte que l’examen final va compter pour une part plus importante de ma note globale, ça me met plus de pression.

« C’est stressant, mais c’est comme le foot, tout revient à travailler fort et à offrir une bonne performance quand c’est le temps de le faire. »

Quant aux laboratoires, il dit avoir eu droit à beaucoup de compréhension de la part de ses professeurs. Et on peut présumer que ses notes devaient militer en sa faveur, car Shome est un jeune homme très intelligent, ça se voit déjà sur le terrain.

Équilibre

Faire des études universitaires en même temps que jouer au soccer professionnel, c’est une question d’équilibre pour Shamit Shome. L’école lui a fourni une soupape.

« Je trouve que c’est bien d’avoir les deux parce que ça me donne une certaine forme d’équilibre. À ma première année, je ne jouais pas beaucoup, alors au moins, j’avais l’école comme soupape pour oublier ça.

« Je n’étais pas toujours en train de penser au soccer et à me dire que ça n’allait pas comme je voulais. On ne peut pas toujours penser au soccer, ça peut te rendre fou. »

Et une fois les études terminées, qu’entend-il faire ?

« Je n’y ai pas encore vraiment pensé, mais une fois que j’en aurai fini du soccer et que je pourrai intégrer le marché du travail, j’aimerais être un ingénieur électrique. J’aimerais aussi prendre l’argent que j’aurai amassé pendant ma carrière pour démarrer mon entreprise. »

Il n’exclut même pas un retour sur les bancs d’école à moyen terme.

« Je me dis aussi qu’après avoir pris quelques années de répit, je pourrais faire un MBA parce que je n’aurais pas la même pression qu’en faisant mon baccalauréat. »