/world/usa
Navigation

Une ancienne proche conseillère de Trump entendue à huis clos au Congrès

Une ancienne proche conseillère de Trump entendue à huis clos au Congrès
AFP

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Une ancienne proche conseillère du président américain Donald Trump s’est présentée mercredi pour son audition à huis clos au Congrès, mais elle a refusé de répondre à plusieurs questions sur son passage à la Maison-Blanche, selon des élus démocrates.

Hope Hicks a ignoré les questions lancées à la volée par les journalistes à son arrivée pour cette audition devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants, dans le cadre de l’enquête sur une éventuelle entrave à la justice commise par le milliardaire républicain.

Celle qui a été directrice de la communication de la présidence et a créé la surprise en démissionnant en mars 2018 a aussi refusé de répondre à presque toutes les questions des élus au sujet de son passage à la Maison-Blanche, selon plusieurs démocrates qui ont exprimé leur frustration.

L’élue Pramila Jayapal a notamment rapporté que les avocats de la Maison-Blanche avaient énoncé une liste « absurde », soulignant que la jeune femme «n’a même pas été autorisée à dire si elle a dit la vérité au (procureur spécial Robert) Mueller».

Face aux refus de la jeune femme, le démocrate Ted Lieu a dit «être en train d’assister à une entrave à la justice».

«La position de l’administration est absurde et ils perdront en justice», a-t-il tweeté. Les démocrates ont en effet promis de porter l’affaire devant les tribunaux pour exiger des réponses à leurs questions.

La simple présence de Hope Hicks est toutefois marquante pour les démocrates, car M. Trump a usé de ses prérogatives présidentielles en mai pour empêcher des employés actuels et anciens de l’exécutif de coopérer avec les élus du Congrès.

Hope Hicks a été interrogée par l’équipe de Robert Mueller en 2018 et son témoignage est fréquemment cité dans ce rapport rendu public en avril.

Longtemps membre du cercle rapproché de Donald Trump, elle a rejoint très tôt son équipe de campagne.

Le président, qui a annoncé mardi soir le lancement de sa campagne pour un second mandat, a dénoncé la manière dont Hope Hicks était traitée.

«Tellement triste que les démocrates fassent vivre un enfer à notre merveilleuse Hope Hicks depuis trois ans maintenant, après l’exonération totale par Robert Mueller et le rapport Mueller», a-t-il dit.

«Très injuste et dommageable pour elle. Est-ce que ça s’arrêtera un jour?», a-t-il tweeté.