/sports/baseball
Navigation

Les Rays à temps partiel à Montréal bientôt?

Les Rays à temps partiel à Montréal bientôt?
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Avec la permission du baseball majeur, les Rays de Tampa Bay peuvent maintenant explorer le marché de Montréal pour la présentation de ses matchs locaux. C’est un autre pas important dans le retour de ce sport dans la métropole.

Pour le moment, on ne sait pas quand cette option pourrait être envisagée. La saison 2020 ? Le délai serait trop court pour les acteurs qui sont impliqués dans le dossier. Donc, il est plus réaliste de penser que ce serait pour la campagne 2021.

Dans ce plan d’action, les Rays disputeraient les premiers matchs de leur saison régulière dans leur domicile des dernières années, le Tropicana Field. Par la suite, ils disputeraient leurs parties locales à Montréal à compter du mois de juin. Le Stade olympique serait l’endroit désigné pour ces matchs.

Petite note importante. Les organisations des deux villes seraient indépendantes l’une de l’autre. L’équipe pourrait avoir deux noms et autant d’uniformes. Quelques minutes après la publication de l’information, le propriétaire des Rays a tenté de calmer le jeu.

« Ma priorité demeure la même : je me suis engagé à garder le baseball à Tampa Bay pour les générations à venir, a déclaré Stuart Sternberg. Je pense que ce concept mérite une sérieuse analyse. »

Une phrase lourde de sens pour les amateurs de Tampa, mais aussi pour ceux de Montréal. C’est aussi la suite logique de toutes les annonces effectuées par Stephen Bronfman au cours des derniers mois.

« Nous travaillons d’arrache-pied depuis plusieurs années pour examiner comment nous pouvons ramener le baseball à Montréal de manière durable, a réagi Bronfman par voie de communiqué jeudi. Ce concept est vraiment intéressant pour mes partenaires et pour moi, et nous avons hâte de l’étudier plus en profondeur. »

Il n’y a pas de fumée sans feu, surtout qu’une rencontre entre les représentants des groupes de Bronfman et de Sternberg a eu lieu dans les derniers mois. On ne connaît pas la teneur de leurs discussions.

L’exemple des Expos

Ce n’est pas la première fois qu’une équipe disputerait ses parties locales dans deux villes différentes. On se souvient que cela avait été le cas des Expos en 2004, qui avaient joué des parties à Montréal, mais aussi à Porto Rico. Ce n’était pas la situation idéale.

Deux ans plus tard, on annonçait le départ des Expos. À l’époque, la formation montréalaise était la propriété du baseball majeur qui avait acheté l’équipe de Jeffrey Loria.

Les Rays ne sont pas dans la même situation à l’heure actuelle. Ils ont encore un propriétaire qui est capable de boucler son budget annuel en raison des redevances annuelles provenant de la péréquation et des contrats de télévision.

Un problème de stade

Si les Rays sont dans cette situation, c’est en raison de leur stade vétuste, le Tropicana Field. Sternberg a mordu la poussière dans chaque projet, dont un à Ybor City qui est tombé à l’eau en décembre dernier.

Lors de notre passage à Tampa le mois dernier, Sternberg avait une rencontre prévue avec le maire de St. Petersburg au cours de la saison estivale. Le sujet d’un nouveau stade devait être à l’ordre du jour. Le dernier projet offert au proprio des Rays était de construire un nouveau stade de l’autre côté de la rue où est situé le Tropicana Field.

Est-ce que les amateurs seraient plus nombreux aux matchs ? Il faut en douter. Pour le moment, Tampa possède la 29e pire moyenne d’assistance des majeures avec 14 545 spectateurs par rencontre malgré plusieurs promotions très alléchantes.

Parlant du domicile des Rays, Sternberg a une entente de location avec le Tropicana Field qui se termine en 2027. L’homme d’affaires n’aurait pas d’option de rachat pour mettre fin à l’entente. Un dossier à suivre...