/qubradio
Navigation

Plaidoyer pour la sauvegarde du patrimoine documentaire québécois

Plaidoyer pour la sauvegarde du patrimoine documentaire québécois
PHILIPPE-OLIVIER CONTANT/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le président-directeur général de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), Jean-Louis Roy, souhaite que la vérificatrice générale intègre à son mandat le patrimoine immatériel, comprenant les livres, les périodiques, la musique et des créations documentaires. 

Selon lui, le Québec a déjà perdu une vaste proportion de sa production documentaire en raison du numérique qui n'est pas assujetti au dépôt légal.    

Le dépôt légal oblige les «producteurs de livres, de musique, de pancartes de toutes sortes de déposer deux exemplaires de leurs productions à la Bibliothèque nationale».  

«Il y a un vrai problème, un énorme problème que tous les pays du monde ont: les documents sont de plus en plus produits sur des formats numériques et les systèmes pour collecter les documents et les conserver sont les systèmes classiques traditionnels que l'on connait depuis des siècles (...)», a-t-il expliqué en entrevue à l'émission Là-haut sur la colline à QUB radio, jeudi.  

  • ÉCOUTEZ Jean-Louis Roy, PDG de BAnQ à QUB radio:   

Il estime que 70 % de la production de livres et de périodiques québécois des dernières années sont perdus à jamais. 

La situation serait encore pire du côté de la musique et des sites internet qui n'ont pas été conservés depuis l'avènement du numérique.  

Le Québec n'a d'ailleurs pas mis à jour le dépôt légal pour ses créations numériques. 

Jean-Louis Roy souhaite que le dépôt légal soit amendé pour inclure les documents numériques, et s'assurer «que la production numérique soit assujettie aux mêmes règles, aux mêmes normes que la production physique l'a été depuis toujours». 

Il estime que la vérificatrice générale doit être saisie de cette question pour soulever les lacunes du Québec en la matière.  

«Cela a été fait dans à peu près tous les pays de l'OCDE. Le Québec ne l'a pas fait. Ce qui veut dire qu'on perd», a-t-il répété avec force. 

Patrimoine indivisible  

«Le patrimoine est indivisible, c'est notre passé. C'est la façon pour les Québécois de se manifester dans le monde, ou par l'architecture, ou par la musique, ou par la littérature», a-t-il expliqué à l'animateur Antoine Robitaille.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions