/sports/hockey/canadien
Navigation

Repêchage LNH: moins évident que l’an dernier

«J’ai une liste de 20 noms»

Directeur général adjoint, Trevor Timmins est à la recherche de joueurs dont l’esprit de compétition est développé.
Photo d’archives Directeur général adjoint, Trevor Timmins est à la recherche de joueurs dont l’esprit de compétition est développé.

Coup d'oeil sur cet article

VANCOUVER | À pareille date l’an dernier, Marc Bergevin et Trevor Timmins connaissaient déjà leur plan de match. Charmé par la personnalité et les habiletés de Jesperi Kotkaniemi, le Canadien savait que le lendemain, il ferait du jeune homme son choix de premier tour. Cette fois, c’est une autre histoire.

Avec le 15e rang de sélection au premier tour, impossible pour Timmins et son équipe de recruteurs de savoir qui sera encore disponible au moment de monter sur la scène du Rogers Arena, le domicile des Canucks.

« La situation est complètement différente. Notre éventail d’options doit être plus large. J’ai une liste de 20 noms de joueurs pour lesquels nous avons fait un travail de recherche plus approfondi. Nous serons prêts », a assuré le directeur général adjoint du Canadien, rencontré dans un hôtel de Vancouver.

« À la position numéro 15, nous devrons attendre de voir qui sera encore disponible. Nous recherchons des joueurs dont l’esprit de compétition est développé, qui sont confiants et motivés », a-t-il ajouté.

Jamais assez de défenseurs

Au cours des trois derniers repêchages, sur les 24 joueurs appelés par le Canadien, 11 étaient des joueurs de centre et 10 étaient des défenseurs. Évidemment, Timmins n’a pas ouvert son jeu. Toutefois, il serait surprenant qu’il déroge de sa philosophie.

« C’est encore la même chose. Pour nous, les défenseurs offensifs ont une grande valeur. Tout comme les joueurs de centre, car ils peuvent jouer à l’aile, a fait valoir l’Ontarien. Sans oublier les ailiers capables de marquer des buts. »

Des défenseurs, il devrait en rester quelques-uns dans le catalogue lorsque viendra à Timmins et Bergevin leur tour de choisir. Comme le notait le collègue Jean-François Chaumont dans l’édition de jeudi, Cameron York, Thomas Harley, Philip Broberg ou Victor Soderstrom pourraient revêtir la casquette et le chandail bleu-blanc-rouge.

Un projet d’avenir

Peu importe sur qui le Tricolore jettera son dévolu, il ne faudra pas s’attendre à voir l’heureux élu imiter Jesperi Kotkaniemi et amorcer la saison à Montréal. Habituellement, les joueurs sélectionnés à cet échelon sont des projets d’avenir.

« On ne s’attend pas à ce que le joueur que nous sélectionnerons au 15e rang joue avec nous l’an prochain. Ni même lors de la saison suivante, a prévenu Timmins. Il faut laisser les joueurs se développer. Ils sont tous différents. Mais nous avons en place une bonne équipe de développement qui peut aider nos espoirs. »

Néanmoins, on soutient que ce repêchage sera presque aussi relevé que celui de 2003 qui avait vu des joueurs comme Patrice Bergeron, Shea Weber, Corey Crawford et David Backes être repêchés au deuxième tour.

« Il y a beaucoup de joueurs de qualité au premier tour et il y en aura également au début du deuxième tour », a confirmé Timmins.

Bougera, bougera pas ?

Ça tombe bien, le Canadien possède deux droits de parole au second tour (46e et 50e). Si l’offre est bonne, peut-être serait-il tenté de troquer ces deux choix pour améliorer son sort.

« Ça reste à voir. On appelle ça de la gestion de repêchage. Tout dépend de qui nous aurons encore sur notre liste, a lancé Timmins, toujours muet quand vient le temps de parler de ses stratégies de repêchage. Marc fait un très bon travail pour lancer des lignes à l’eau auprès des autres directeurs généraux de façon à ce que nous soyons prêts à bouger si l’occasion se présente. »

De plus, le Tricolore possède présentement 40 joueurs sous contrat. En ajoutant Artturi Lehkonen et Joel Armia, qui devraient renouveler leur entente au cours des prochaines semaines, il n’est qu’à huit de la limite des 50. C’est beau repêcher des joueurs, mais s’il est impossible de les faire signer, on n’est pas plus avancé.