/24m
Navigation

Rue Crescent : le déménagement de l'Institut culturel Avataq force des commerces à partir

Rue Crescent : le déménagement de l'Institut culturel Avataq force des commerces à partir
GUILLAUME PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Des commerçants de la rue Crescent dans le centre-ville de Montréal se voient dans l'obligation de déménager en raison de l'arrivée de l’Institut culturel Avataq dans des édifices adjacents au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM).

La venue de l'organisme consacré à l’art et la culture des inuits du Nunavik sur la rue Crescent ne se fait pas sans heurt, car sept commerces locataires des immeubles appartenant au musée situé entre les adresses civiques 2120 et 2154 seront touchés. 

Lorsque joint par le «24 Heures», le musée a confirmé la nouvelle en rappelant qu'une entente avait été signée l’an dernier prévoyant le déménagement en 2021, a expliqué la porte-parole du MBAM, Maude N. Béland. Elle mentionne que cette proximité favorisera le rayonnement des arts et de la culture inuits à Montréal. 

Le MBAM n'abandonnera pas pour autant ses locataires. «Dans le souci de garder de bonnes relations avec ses anciens locataires, le musée a mandaté une firme afin d'accompagner chacun des locataires dans leur recherche de relocalisation», souligne Mme Béland. 

«On a une très bonne relation avec le musée, il nous facilite la tâche (dans la recherche d'un nouvel espace), ça fait 25 ans que nous sommes locataires», explique le propriétaire du salon Le Profil Coiffure, Avi Shemesh. Le commerce fait partie de ceux qui se voient dans l'obligation de trouver un nouveau local en raison de l'arrivée de l'Institut culturel Avataq. Le salon de coiffure déménagera un peu plus loin sur la rue Crescent tout en restant locataire du musée, a confirmé son propriétaire au «24 Heures». 

«Ce n'est jamais plaisant de voir des commerces forcer de déménager», explique pour sa part le président de l'Association des marchands de la rue Crescent, Steve Siozios. Ce dernier indique que le coût des loyers n’est pas le même partout sur la rue. 

«Il faut comprendre que la valeur (de location) d'un pied carré sur la rue Crescent entre Sainte-Catherine et de Maisonneuve est beaucoup plus chère qu'entre de Maisonneuve et Sherbrooke (Ouest)», a ajouté M. Siozios. 

Travaux de deux millions $

Les rénovations des immeubles vétustes qui seront occupés par l'Institut culturel Avataq sont estimées à deux millions de dollars. Elles débuteront en janvier prochain et s'échelonneront jusqu'au printemps 2021. 

«C'est très important de mentionner que nous gardons notre indépendance du Musée des beaux-arts», a précisé le directeur général de l'Institut culturel Avataq, Robert Fréchette. Ces travaux de rénovation seront d'ailleurs payés par l’Institut. 

Les rénovations des locaux situés sur Crescent n’auront aucun impact sur les quelque 1,3 million de visiteurs qui fréquentent annuellement le MBAM sur la rue Sherbrooke Ouest. 

Créé en 1980 et établi à Inukjuak, l’Institut culturel Avataq est le chef de file de la culture inuite du Nunavik. Par cette présence au centre-ville, il souhaite devenir une ambassade culturelle pour la préservation et la diffusion de la culture du Nunavik. L’Institut culturel Avataq est actuellement situé sur la rue Sainte-Catherine Ouest à Westmount.