/finance/business
Navigation

18 mois de lock-out chez ABI: les Métallos réclament de nouveau l’arbitrage

Aluminerie de Bécancour - ABI
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

BÉCANCOUR | Dix-huit mois après le début du lock-out à l’Aluminerie de Bécancour (ABI), les 1030 syndiqués ont de nouveau réclamé l’arbitrage, aujourd'hui.

La même demande avait été formulée en février dernier par la section locale 9700 du Syndicat des Métallos, affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

Le syndicat souhaite toujours qu’un arbitre intervienne afin que les travailleurs et la partie patronale puissent s’entendre sur un nouveau contrat de travail pour les employés œuvrant aux installations de Bécancour, dans le Centre-du-Québec.

La décision d’un arbitre permettrait de mettre fin au conflit qui est en cours depuis le 11 janvier 2018, a rappelé le syndicat par communiqué.

Les Métallos disent saisir au bond l’appel formulé récemment par le ministre du Travail, Jean Boulet, qui a indiqué qu’il pourrait nommer un arbitre si les deux parties le lui demandaient.

Le syndicat dit «[tendre] la main à l’employeur pour qu’il consente lui aussi à l’arbitrage afin de dénouer ce conflit qui en est à son 18e mois».

«Un arbitre serait en mesure d’apprécier les positions des parties et de tracer la ligne en définissant un contrat de travail qui s’inscrit dans la lignée des entreprises comparables», a dit le président de la section locale 9700, Clément Masse.