/misc
Navigation

Des affaires d’or grâce aux nids-de-poule

La route 116 au Centre-du-Québec aurait chaque jour causé des crevaisons cet hiver

routes en déroute
Photo collaboration spéciale, Caroline Lepage François Ménard, du Centre du pneu usagé de Warwick, réparait chaque jour des bris causés par les nids-de-poule sur la 116, cet hiver.

Coup d'oeil sur cet article

WARWICK | Des garagistes du Centre-du-Québec ont fait des affaires d’or grâce aux nids-de-poule sur la route 116, qui avait l’air d’un champ de mines cet hiver.

« La route 116 m’a fait vivre tout l’hiver. Chaque jour, on a eu des clients qui avaient une crevaison ou une roue brisée. Ça n’a pas lâché », dit Jonathan Bilodeau, associé au Centre du pneu usagé de Warwick.

Cynthia Sabourin a déboursé près de 400 $ pour un pneu et une jante endommagés lorsqu’elle revenait du travail, le 24 janvier, en roulant sur cette route provinciale qui fait environ 15 kilomètres entre Warwick et Victoriaville.

« On n’y voit rien le soir quand il y a une file d’autos en sens inverse, avec les phares allumés. Il y a eu un bang assez fort et quelques secondes après, j’avais une crevaison. J’ai roulé dans un gros nid-de-poule. Quand je me suis arrêtée sur le bord de la route, il y avait au moins trois autres voitures aussi arrêtées, qui attendaient un remorqueur ou changeaient leur pneu », raconte-t-elle.

Les nombreux trous de cette route ont récemment été colmatés entre Warwick et Victoriaville.
Photo collaboration spéciale, Caroline Lepage
Les nombreux trous de cette route ont récemment été colmatés entre Warwick et Victoriaville.

Martin Bolduc, propriétaire du garage Yvon Bolduc, aussi à Warwick, estime avoir réalisé entre 30 et 40 remorquages à lui seul durant la saison froide.

« Les gens étaient choqués de ça », commente quant à lui François Ménard, du Centre du pneu usagé.

Dangereux

Même le véhicule du maire de Warwick, Diego Scalzo, a été remorqué à cause d’une crevaison après avoir roulé dans un trou sur la 116.

« Il fallait ralentir. J’ai été pris par surprise ! » admet-il.

Le maire avait alors dénoncé publiquement l’état de cette route qui s’est gravement détérioré à la suite d’un redoux, en janvier. Il a rappelé que près de 20 000 véhicules empruntent la 116 chaque jour.

« Ce n’est pas normal qu’une route au Québec soit comme ça », dit M. Thibodeau.

Un de ses clients aurait même été intercepté par un policier qui insistait pour lui remettre une contravention pour conduite dangereuse, alors qu’il tentait d’éviter les nids-de-poule.

« En dernier, les gens roulaient sur la ligne jaune ou l’accotement [...] C’est dangereux », relate M. Ménard, qui n’a toutefois eu vent d’aucun accident.

Comme d’autres automobilistes échaudés, Mme Sabourin a demandé au ministère des Transports du Québec (MTQ) d’être dédommagée.

« Nous procédons régulièrement à des réparations afin de maintenir la chaussée en bon état, mais il est impossible d’éviter la présence de toute défectuosité de la chaussée, particulièrement lors de conditions climatiques difficiles [...] », lui a écrit le MTQ.

Pas de remboursement

« L’article 30 de la Loi sur la voirie exclut les dommages aux pneus et à la suspension d’un véhicule automobile causés par l’état de la chaussée », ajoute le MTQ dans le message dont Le Journal a obtenu copie.

De l’asphalte froid était mis durant l’hiver pour colmater, sans succès, les trous sur la route. Les nombreuses réparations refaites ce printemps sont toujours visibles.

Mila Roy, porte-parole du MTQ, indique que des travaux de réfection de la chaussée par planage de l’enrobé, de revêtement de chaussée et de remplacement de ponceaux sont menés cet été sur la route 116, entre Warwick et Saint-Christophe-d’Arthabaska.


► La route que vous empruntez chaque jour est dans un état lamentable ? Vous avez des exemples de routes repavées récemment qui sont déjà détruites ? Vous avez des photos et des vidéos à partager avec nous ? N’hésitez pas à nous écrire à l’adresse routesenderoute@quebecormedia.com