/news/green
Navigation

Confinés à l’intérieur à cause des mouches

Des citoyens indisposés par des insectes envahissants

Mouches noires
Photo Stéphane Sinclair Des milliers de mouches sarcophages ont envahi différents secteurs des Laurentides, mais Christian Delorme-Boisclair a un moyen pour les éloigner.

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs municipalités des Laurentides sont aux prises avec une infestation de mouches sarcophages au point où des terrasses de restaurants ont dû rester fermées et des citoyens ne quittent plus leur maison.

« Il y en a des milliers partout. On reste à l’intérieur, c’est trop fatigant. Ça fait depuis une semaine qu’il y en a, mais vendredi, c’était la pire journée », explique Philippe Leblanc, un résident du lac Cornu à Saint-Adolphe-d’Howard.

L’homme y possède une résidence d’été. Il affirme que c’est la première fois en 30 ans qu’il voit une telle infestation.

Ce dernier mentionne qu’il y en avait beaucoup l’été dernier, mais jamais autant que cette année.

La quincaillerie BMR de la petite municipalité des Laurentides était le lieu de rencontre pour ceux qui cherchent des solutions pour éliminer ces mouches.

L’origine de cette infestation de mouches sarcophages, communément appelées mouches grises de la viande, remonte à une épidémie de chenilles de l’été 2018.

Mouches sarcophages
Photo Adobe Stock
Mouches sarcophages

La livrée des forêts, une espèce de chenille poilue avec des lignes bleues le long de son corps et des pois blancs est une proie de la mouche sarcophage.

L’exterminateur Bernard Meilleur recommande aux résidents touchés par l’infestation de ces insectes qui ne mordent pas de prendre plusieurs précautions malgré tout.

Des parasites

« C’est porteur de parasites. Il vaut mieux porter des vêtements longs pour éviter qu’elles se posent sur la peau. Il faut éviter qu’elles se posent sur la nourriture. Elles vont y pondre des œufs. Il est préférable de manger en dedans », explique-t-il.

Ce dernier ajoute qu’il faut bien fermer les sacs à ordures et mentionne qu’il est important que les conteneurs à déchets des restaurateurs soient bien fermés.

« Si elles ont beaucoup de nourriture, elles vont continuer à se reproduire et elles vivront en moyenne 19 à 21 jours. Sans nourriture, elles ne pourront pas vivre plus de cinq à six jours », précise-t-il.

Il indique qu’il n’y a rien d’autre à faire que d’attendre puisqu’il y en a trop.

« À l’intérieur, on peut les éliminer, mais pas à l’extérieur », dit-il.

En attendant, les citoyens des municipalités touchées, comme Saint-Sauveur, Saint-Adolphe-d’Howard, Morin-Heights et Val-David devront s’armer de patience.

Un citoyen rencontré par Le Journal affirme avoir trouvé une solution qui fonctionne.

« Je fais brûler des souches d’arbres. Ça fait beaucoup de fumée et il y en a moins », a dit Christian Delorme Boisclair, un citoyen de 48 ans de la Montée d’Argenteuil à Saint-Adolphe-d’Howard.