/world/opinion/columnists
Navigation

Corée: l’échec de Trump

Coup d'oeil sur cet article

La diplomatie face à la Corée du Nord retentit de plus en plus comme un échec total de Donald Trump. Non seulement Kim Jong-un est-il redevenu fréquentable, mais en plus la coalition internationale contre la Corée du Nord se désagrège.

La visite du président de la Chine en Corée du Nord marque la réhabilitation complète de Kim Jong-un, un tyran cruel. La Chine semble réaffirmer sa vieille domination sur la Corée du Nord. L’administration Trump n’a plus d’option valide face à Pyongyang. Elle ne peut ni déclarer la guerre à la Corée du Nord ni rebâtir l’alliance contre ce pays. Désormais, Pékin mène le jeu.

1. Les Coréens craignent-ils la Chine ?

La péninsule coréenne a longtemps été un pays vassal de la Chine. À la fin du 19e siècle, le Japon détachera le territoire coréen de l’influence chinoise et en fera un protectorat. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, la péninsule coréenne sera ­divisée en deux parties, le nord ayant été libéré par les Soviétiques et le sud, par les Américains. La crainte de redevenir un ­territoire vassal de la Chine habite toujours les Coréens. D’autant plus que la Chine est le premier partenaire commercial de chacune des deux Corées et que sa puissance s’accroît.

2. Quels sont les intérêts de la Chine à l’égard de la Corée du Nord ?

D’une part, le régime communiste nord-coréen, par son existence même, justifie la présence de troupes américaines en Corée du Sud. Une présence dont la Chine aimerait bien se débarrasser. D’autre part, le régime de Kim Jong-un empêche la réunification de la péninsule coréenne sous l’égide de la Corée du Sud, qui demeure un grand allié des États-Unis.

Pékin veut que la Corée du Nord se dénucléarise. C’est un prérequis pour obtenir le départ des troupes américaines de Corée du Nord. Les autorités de Pékin souhaitent aussi que Corée du Nord se modernise et s’enrichisse. C’est une condition essentielle pour que le régime nord-coréen perdure et pour qu’il puisse continuer à faire contrepoids à la Corée du Sud.

3. La Corée du Nord va-t-elle se moderniser ?

La Corée du Nord s’est déjà beaucoup ­modernisée depuis dix ans. Son dirigeant est jeune. Il semble vouloir engager le pays dans une modernisation à la chinoise. En ce sens, les capitaux américains ont peu d’attrait pour les Nord-Coréens. Les investissements chinois sont plus accessibles, plus nombreux et surtout moins contraignants que d’éventuels investissements américains. Les investissements américains que Trump fait miroiter aux Nord-­Coréens ne les intéressent probablement pas beaucoup.

4. La Corée du Nord va-t-elle se dénucléariser ?

Une dénucléarisation paraît ­extrêmement improbable. L’armement atomique nord-coréen sert pour le ­moment à Pyongyang de levier dans ses ­négociations avec Washington. Mais cet ­armement atomique pourrait très bien un jour être utilisé comme menace ­ultime contre une Chine qui deviendrait ­agressive ­envers la Corée du Nord.

5. Pourquoi la Chine bénéficie-t-elle de l’échec de la diplomatie de Trump ?

La Chine, qui aidait la Corée du Nord à contourner l’embargo américain, le fera de plus en plus ouvertement, d’autant plus que l’administration Trump est en train de rompre les liens commerciaux entre les États-Unis et la Chine. En d’autres termes, la guerre commerciale des États-Unis contre la Chine a comme effet pervers ­d’affaiblir sensiblement les leviers de ­négociation que Washington pouvait ­exercer sur Pékin. Trump a raté l’occasion de devenir partenaire de la Corée du Nord.