/entertainment/comedy
Navigation

Juste pour rire : de nouvelles avenues pour Laurent Paquin

Juste pour rire : de nouvelles avenues pour Laurent Paquin
PHOTO AGENCE QMI, STEVE MADDEN

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Laurent Paquin souligne ses 15 ans d’animation de galas Juste pour rire «Le cabaret à Laurent» et «On va tous mourir», qui figurent parmi les pièces maîtresses de la programmation de la 37e édition du festival d’humour.

«Le cabaret à Laurent» ne différera pas tellement des galas auxquels Laurent nous a habitués jusqu’ici, avec son enfilade d’invités (Mike Ward, Korine Côté, Louis T., Eddy King, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, Rachid Badouri, Maude Landry, etc) en prestation dans des tranches de «stand up».

Mais le vétéran de Juste pour rire s’est défait de la lourde mécanique qui imposait paillettes et thème prédéfini aux galas pour aller explorer un terrain de jeu plus épuré et intime, à mi-chemin «entre le comédie club et la Place des Arts», illustre-t-il. Les différentes moutures de son «Cabaret» (du 12 au 14 juillet, à 19 h et 21 h 30, au Monument-National), proposeront par ailleurs des têtes d’affiche différentes.

«J’avais besoin de me renouveler, et aussi de faire quelque chose qui serait unique à moi dans le festival. Depuis quelques années, j’écris beaucoup plus dans un style qui revient à la source du "stand up", avec le micro en main. C’est sûrement l’influence du Bordel Comédie Club [dont il est l’un des copropriétaires, NDLR] ; on s’habitue à parler aux gens directement, les yeux dans les yeux.»

Des Python à Latulippe

Quant à «On va tous mourir», il s’agit d’une comédie à sketchs qui met en vedette Laurent et son pote Simon Boudreault. Tous deux avaient jadis fait partie du collectif Les Improductifs, troupe d’«improperformance» (improvisation à défis) fondée au milieu des années 2000 et qui fut active pendant plus d’une décennie, mais qui n’existe plus.

Dans une mise en scène de Serge Denoncourt, les comparses interpréteront une quarantaine de personnages différents dans 17 saynètes comiques placées sous le thème de la mort, au théâtre Le National, du 4 au 27 juillet.

«On voulait un sujet qui sonnait un peu grave, pas anecdotique, un peu "heavy", explique Laurent. On sait que les gens vont se demander comment on va arriver à les faire rire avec un thème comme celui-là. Et on se rend compte que ce n’est pas si compliqué à aborder. Ce n’est pas un spectacle noir du tout, c’est très léger. On est dans l’absurde et le burlesque. Entre les Monty Python et Gilles Latulippe!»

Depuis le temps qu’il s’associe au festival Juste pour rire, Laurent Paquin se sent un peu comme chez lui dans l’organisation, au sein de laquelle il a même battu un record en animant plus de huit galas. Il assure qu’il n’a pas vu les étés filer.

«J’ai l’impression qu’il n’y a pas si longtemps, j’étais encore le jeune animateur de gala à qui on donnait une chance. Aujourd’hui, c’est l’inverse qui se produit. C’est un signe des temps, et un signe que Juste pour rire se renouvelle et ne fait pas comme s’il ne s’était rien passé [suite au scandale Rozon, NDLR]. L’entreprise se rajeunit. On sait que les vedettes sur scène, maintenant, ce sont les nouveaux, les Katherine Levac, Julien Lacroix, Philippe Laprise et Jay Du Temple. C’est eux qu’on veut en premier.»

Pour connaître les détails des spectacles de Laurent Paquin à Juste pour rire, on consulte le hahaha.com. Le 37e festival Juste pour rire aura lieu du 17 au 28 juillet.