/weekend
Navigation

«Le country fait partie de l’histoire du Québec»

ART-GUYLAINE-TANGUAY
Photo d'archives, Joël Lemay Guylaine Tanguay

Coup d'oeil sur cet article

LAVAL | Le country n’a pas toujours une place de choix dans les célébrations de la fête nationale, observe Guylaine Tanguay. Mais cette année, il en sera tout autrement. En plus d’être des célébrations prévues à Montréal demain soir, la chanteuse sera du grand concert prévu au Centre de la nature de Laval, lundi soir.

« Je suis fière d’être présentée comme une chanteuse country dans ces spectacles-là parce que le country fait partie de l’histoire du Québec. Et je ne suis pas là juste pour faire 23 secondes de yodle, juste pour dire que c’est fait et qu’on passe à un autre appel. Je fais partie du spectacle au même titre que les chanteurs rock ou encore pop », explique Guylaine Tanguay.

Lundi soir, les genres musicaux seront donc nombreux à se côtoyer sur la scène du Centre de la nature. Guylaine Tanguay y croisera Hubert Lenoir, Paul Piché, Patrice Michaud, Marie-Mai et autres Loud dans une célébration musicale particulièrement éclectique du fleurdelisé. Ce mélange des styles permettra aux spectateurs de faire plusieurs découvertes musicales, prévoit la reine du country québécois.

« C’est ce que j’aime le plus de ce genre de spectacles là. Il y a des gens qui viennent pour me voir moi, d’autres pour un autre des artistes qui sera aussi sur scène. Et il y en a qui viennent simplement parce que c’est la fête nationale et ils ont envie de célébrer. Ça crée une rencontre familiale entre les artistes, oui, mais aussi chez le public. Finalement, pour moi, c’est ça, la fête nationale, cette rencontre avec tous ces gens différents. Si tout le monde pouvait respecter les différences, tout irait tellement mieux », avance la chanteuse.

Hommage à Nicole Martin

Mais Guylaine Tanguay ne sera pas là simplement pour représenter un genre musical. En début de soirée, elle aura l’occasion de rendre hommage à son amie Nicole Martin, décédée en février dernier, avec une relecture de l’incontournable Il était une fois des gens heureux. Une tâche aussi émouvante qu’importante pour celle qui a tenu à avoir la bénédiction de Lee Abbott, impresario et conjoint de la regrettée chanteuse.

« Nicole Martin était une femme vraiment exceptionnelle et je voulais lui rendre hommage, mais c’était important pour moi que Lee Abbott soit non seulement au courant, mais à l’aise avec le numéro. Il sera sur place avec nous, ce soir-là. Ça va être très, très émouvant pour nous », prévoit Guylaine Tanguay.


► Le spectacle de la fête nationale à Laval sera présenté lundi à 21 h. Le site du Centre de la nature ouvrira ses portes à 18 h.

Une fête qui se transforme

Paul Piché
Photo d'archives, Jean-Francois Desgagnés
Paul Piché

Les célébrations du 24 juin ont « beaucoup évolué » au cours des dernières décennies, estime Paul Piché. Et au fil du temps, l’aspect politique de la fête, bien qu’indissociable, a tendance à s’estomper.

« La fête nationale, ce n’est plus ce que c’était. Quand on a adopté ce nom plutôt que celui de la Saint-Jean-Baptiste, c’est devenu un événement plus pacifiste et plus rassembleur. Mais reste que le simple fait de chanter en français est une forme d’engagement politique », avance le chanteur.

« Au-delà de tout ça, le 24 juin, c’est la fête de tous les Québécois, peu importe leurs origines. Le Québec change, il évolue et se métisse. J’en suis la preuve ; mon grand-père est irlandais et ma grand-mère était espagnole. Et ça ne m’a jamais empêché d’être un Québécois que plusieurs disent pure laine », ajoute-t-il.

Ce multiculturalisme sera d’ailleurs souligné à grands extraits lors du spectacle de lundi soir au Centre de la nature, à Laval, avec la présence des artistes ILAM, King Abid et Flavia Nascimento, trois artistes québécois nés respectivement au Sénégal, en Tunisie et au Brésil.

« La diversité sur la scène représente bien le public qui est devant nous. Et de voir tous ces gens d’origines différentes réunis qui tripent ensemble, c’est quelque chose de très inspirant et magique », souligne Paul Piché.