/travel/destinations
Navigation

Le petit coin de paradis de Jean Fugère

Jean Fugère et sa complice, Asilédi, sur la terrasse de La Puerta Rosa.
Photo Jacques Lanctôt Jean Fugère et sa complice, Asilédi, sur la terrasse de La Puerta Rosa.

Coup d'oeil sur cet article

Jean Fugère a été journaliste et chroniqueur littéraire à la radio de Radio-Canada pendant une trentaine d’années. Un jour, il a eu l’idée d’aller voir ailleurs et de lire des livres pour son seul plaisir. Le métier de chroniqueur littéraire est un emploi plutôt solitaire. Si des milliers de personnes vous écoutent à travers leur poste de radio, vous n’avez pas véritablement de contact avec celles-ci. Fugère avait besoin de ce contact humain pour continuer à aller de l’avant.

Alors, avec un ami cubain, il a acheté une maison à La Havane, dans un quartier un peu dur et densément peuplé, le Centro Habana, dans le but de la convertir en « casa de renta », c’est-à-dire d’en faire un Bed & Breakfast à son image, où il serait enfin en contact avec un public choisi. C’était l’époque où le gouvernement cubain commençait à autoriser ce genre de commerce.

Un petit coin de paradis sur la terrasse de La Puerta Rosa.
Photo Jacques Lanctôt
Un petit coin de paradis sur la terrasse de La Puerta Rosa.

Il a investi une bonne partie de ses économies pour retaper la maison : trois chambres avec salle de bains, air conditionné et petit réfrigérateur, pièce centrale pour la détente (il a conservé le plafond original d’une rare splendeur), cuisine moderne pour la confection des petits déjeuners (non, il n’y a pas de fèves au lard, ni beurre d’arachides, mais de la confiture de goyave faite par la voisine d’en face et des fruits frais en abondance), escaliers sécuritaires pour accéder à la maison et à la terrasse sur le toit, nouvelle fenestration avec vitraux. Tout a été pensé en fonction d’obtenir la plus grande luminosité.

La garçonnière

Sur le toit, justement, au bout de l’immense terrasse, Jean a fait construire sa garçonnière, où il se retire, une fois terminées les nombreuses tâches inhérentes au métier d’aubergiste. Pour l’assister, la plus que belle et toujours souriante Asilédi, sortie tout droit d’un conte des mille et une nuits.

Jean Fugère est tout fier de sa vigne qui forme une tonnelle bénéfique.
Photo Jacques Lanctôt
Jean Fugère est tout fier de sa vigne qui forme une tonnelle bénéfique.

Sur cette terrasse entre ciel et terre, vous pouvez vous prélasser comme bon vous semble. La vigne, qui pousse depuis deux ans à peine, a formé une tonnelle bénéfique qui vous transportera dans les vignobles du sud de la France, avec, en prime, le chant des oiseaux et le ballet incessant des sum-sum, ces colibris qui cherchent le précieux nectar des multiples plantes et arbustes en floraison qui peuplent cet endroit enchanteur.

Un bonsaï en fleur sur la terrasse ensoleillée.
Photo Jacques Lanctôt
Un bonsaï en fleur sur la terrasse ensoleillée.

Prenez le temps de causer avec votre hôte, il vous parlera de Cuba avec passion. Il pourra aussi vous servir de précieux guide dans les rues de la Vieille Havane et organiser vos excursions à la plage.


lapuertarosa.com