/opinion/columnists
Navigation

Les Québécois de 2019

Fete Nationale 1969
Photo d'archives Le défilé de la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin 1969.

Coup d'oeil sur cet article

Il faut avoir la couenne dure pour être Québécois par les temps qui courent. Dans le bon vieux temps, nous n’avions qu’un ennemi : l’Anglais. À Montréal, on le croisait dans la rue, mais on ne lui parlait guère. De toute façon, nous ne partagions pas la même langue.

On nous apprenait à l’école que les Anglais n’iraient pas au ciel, car ils étaient protestants. Mon père mécréant, lui, répétait qu’ils étaient nos maîtres. Il n’avait pas tout à fait tort.

Nous fêtions la Saint-Jean-Baptiste, dont la parade à Montréal était l’apothéose de notre fierté. On adorait le petit saint Jean Baptiste, personnifié par un garçonnet aux cheveux frisés et blonds accompagné d’un petit agneau. En fait, un petit agneau comme nous, les Canadiens français, car la présence d’un bélier dans le char allégorique aurait semblé une provocation pour les Anglais.

Nationalisme

Nombre de Québécois à la foi chancelante ou carrément non croyants ignorent qui est Jean le Baptiste, car nous ne nous réclamerons plus des saints. Notre fête est nationale. Pourtant, notre nationalisme affirmé et revendiqué fait mauvais genre. Nous fêtons donc en sourdine la société ouverte, inclusive, d’un Québec composé de communautés culturelles aussi diverses que différentes. Nous fêtons donc nos différences.

Lundi, nous sommes devenus officiellement laïcs. Cette laïcité unit une majorité d’entre nous. On peut penser que nombre d’adversaires à la loi 21 n’auront pas le cœur à la fête. Soit ils ragent, soit ils organisent l’offensive. De toute façon, ils ne danseront pas la gigue, ne chanteront pas Mon pays de Vigneault et ne mangeront pas des fèves au lard et des rôtis de porc avec des patates brunes.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Le 24 juin, n’oublions pas que pour l’arrondissement du Sud-Ouest, cela devait être la fête du solstice d’été. Que fêterons-nous alors puisqu’on nous déclare un djihad juridique et nous conteste notre souveraineté politique au sein du Canada ?

Langue française

Ne devrions-nous pas rendre un hommage appuyé à la langue française, un trésor précieux, tout ce qu’il nous reste d’identité, à nous qui croyons que le Québec est encore une société distincte, mais pour combien de temps ? Or il faut craindre que l’on chante plutôt en anglais, comme on le fait désormais dans nos réjouissances collectives, enveloppés dans le drapeau fleurdelysé.

Pour la première fois depuis des décennies, nous avons à la tête du Québec un premier ministre qui assume son nationalisme pragmatique et qui nous renvoie une image positive de nous-mêmes.

Il a de nombreux fers au feu. L’affirmation du français, que l’on doit encore et toujours imposer, est une priorité. François Legault commandera aussi le respect s’il donne à penser que la langue et la culture sont indissociables du développement de l’économie, qui lui est si cher. Tous ces chantiers qui l’attendent sont interdépendants.

La fête nationale de lundi nous donnera l’occasion de nous réjouir et d’espérer que la politique changera nos vies pour le meilleur. Car les Québécois francophones offrent à ceux qui les respectent une société tolérante, libre, souvent joyeuse et bonne enfant. Ils ne méritent pas d’être humiliés et calomniés.