/news/society
Navigation

Plus de moyens réclamés pour les intervenants de la DPJ

Coup d'oeil sur cet article

Une centaine de personnes ont déambulé dans les rues de Montréal samedi après-midi dans le silence le plus complet, une manière de rendre hommage aux intervenants de la DPJ après le drame de Granby.

«On veut bien sûr rendre hommage à la famille de la fillette, mais aussi aux intervenants de la DPJ qui ont été beaucoup blâmés injustement. La seule personne à blâmer dans cette histoire, c'est le gouvernement», a lancé Marjolaine Goudreau, présidente du Récifs, l'association d'intervenants sociaux qui organisait la manifestation.

C'était la troisième marche silencieuse organisée par le Récifs depuis qu'une fillette de sept ans a perdu la vie ce printemps à Granby après avoir été maltraitée.

«On a des demandes de partout au Québec pour organiser des marches, autant de la population que des intervenants. Ce drame a été une prise de conscience du manque de moyens de la DPJ», a constaté Mme Goudreau.

À la suite des événements de Granby, le gouvernement Legault a d'ailleurs mis sur pied une commission afin de remettre en question les façons de faire de la Direction de la protection de la jeunesse.

«Il faut mettre de l'argent dès maintenant pour augmenter le nombre d'intervenants. Il y a un surplus de 8 milliards, qu'est-ce qu'on attend?» a indiqué Marjolaine Goudreau.

Selon René Charest, directeur de la mobilisation à l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) du CIUSSS Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal, les ressources de la DPJ sont devenues largement insuffisantes pour répondre à la demande depuis la réforme Barrette de 2015.

«Depuis que les CIUSSS existent, tout est beaucoup trop centralisé. Les intervenants ont aussi des conditions plus précaires. Beaucoup n'ont pas de poste à temps plein et ne peuvent donc pas faire un suivi à long terme», a indiqué René Charest, qui plaide pour la fin des méga-structures dans le réseau de la santé, comme les Centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSS).

Les départs en congé maladie ont augmenté de 24 % à la DPJ du CIUSSS Centre-Sud-de-l'île-de-Montréal depuis la réforme du réseau de la santé mise en place par l'ex-ministre Gaétan Barrette.