/news/society
Navigation

Prendre le frais sur le canal

5 mai 1933

Avant Après
Photo courtoisie, Archives de la Ville de Montréal, photo 1 : BM42-G0240_pl-ver.
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Le vieil entrepôt

Photo courtoisie, Archives de la Ville de Montréal, photo 1 : BM42-G0240_pl-ver.

Au fil de l’eau, non loin de l’endroit où le fleuve se rétrécit près des rapides de Lachine, un entrepôt utilisé pour le stockage des fourrures est érigé par Alexander Gordon pour la Compagnie du Nord-Ouest en 1803. Depuis le régime français, Lachine est un arrêt important de ce commerce sur le chemin des Grands Lacs. Au début du XIXe siècle, la compétition est devenue à ce point féroce entre la Compagnie du Nord-Ouest et la Compagnie de la Baie d’Hudson que le gouvernement britannique impose aux deux sociétés de la Couronne de régler leur différend. Elles fusionnent en 1821, au profit de la Compagnie de la Baie d’Hudson qui rachètera bientôt l’entrepôt de Gordon. À l’époque, les voyageurs à destination de Fort William, l’actuelle Thunder Bay, s’embarquaient avec un paquet pouvant peser 40 kg ! Trois semaines de canotage intense, à raison d’une quinzaine d’heures par jour, sont nécessaires pour rallier Lachine et l’extrémité ouest des Grands Lacs.

Le canal Lachine bucolique

Photo courtoisie, Archives de la Ville de Montréal, photo 1 : BM42-G0240_pl-ver.

Votre projet de cet été pourrait être de vous installer au même endroit que ce jeune homme pour pique-niquer, là où le canal de Lachine arrive à son extrémité ouest et s’ouvre sur le lac Saint-Louis. Dès le régime français, on tente de creuser un canal qui permettrait d’éviter les rapides et qui alimenterait les moulins du sud-ouest. Or, le projet ne prend vraiment forme qu’à partir de 1821, alors que John Richardson, un des fondateurs de la Banque de Montréal, donne le coup d’envoi des travaux. Élargi à deux reprises, le canal, qui fait aujourd’hui environ 14 km, est jalonné d’écluses qui permettent de franchir environ 14 mètres de dénivellation entre Lachine et Montréal. Du côté du vieux Lachine, l’écluse est creusée à même le roc. Le canal est fermé à la navigation en 1970. Une fonction plus récréotouristique permet aujourd’hui de profiter des berges.

Le couvent Sainte-Anne et le vieux Lachine

De l’autre côté du canal, non loin de l’entrepôt que les Sœurs de Sainte-Anne avaient racheté en 1861, le vieux collège Sainte-Anne borde le boulevard Saint-Joseph. Les racines de l’institution, tout près de la paroisse locale des Saints-Anges-Gardiens, plongent au cœur de l’histoire de Lachine. Toujours en 1861, les sœurs fondent Villa Anna dans un manoir qui fut la résidence de George Simpson, un gouverneur de la Compagnie de la Baie d’Hudson. À partir de 1870, les édifices les plus anciens du collège sont bâtis, en partie, avec des pierres du canal en travaux. Plusieurs rallonges viennent s’ajouter au bâtiment principal, signe du succès de l’institution. Plus de 150 ans après, le collège aura formé des centaines de jeunes femmes, dont l’artiste Marcelle Ferron, la comédienne Dominique Michel et l’animatrice Chantal Lacroix. Non loin du collège, l’ancienne brasserie Dawes, les berges du canal et le musée de Lachine valent le détour pour vos promenades estivales patrimoniales.