/sports/others
Navigation

Baseball et basketball: pourquoi pas

Les succès de Kawhi Leonard et des Raptors de Toronto ont conquis les amateurs de basketball de Montréal.
Photo d’archives Les succès de Kawhi Leonard et des Raptors de Toronto ont conquis les amateurs de basketball de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Au cours des derniers jours, on a assisté à un débat intéressant entre les amateurs de sport sur les réseaux sociaux. La question soulevée était : Montréal serait-elle capable de faire vivre une concession de la NBA ?

La question se pose. Elle est légitime avec l’engouement suscité durant le parcours des Raptors de Toronto durant les dernières séries éliminatoires. Les amateurs de basketball se sont quand même rassemblés par milliers sur la rue Peel pendant la finale. C’est assez spécial.

Pour ma part, je me dis : pourquoi pas ? Si Michael Fortier est en mesure d’amasser un ou deux milliards avec des investisseurs pour amener une équipe, il faut l’encourager.

Je crois vraiment qu’il y a un bassin important d’amateurs de basketball à Montréal. On l’a constaté pendant la route des Raptors, mais aussi lors de la présentation des matchs préparatoires des Torontois au Centre Bell. C’était plein.

Avec l’implantation d’une formation de la NBA et une du baseball majeur dans les prochaines années, les amateurs auraient une chance en or de prouver que Montréal est une ville de sports et non d’une seule équipe. On jouerait enfin dans la même ligue que Toronto.

Des souvenirs

Au cours de ma carrière, j’ai couvert quelques matchs de basketball dans les écoles secondaires de Montréal-Nord et de Saint-Léonard. Je me souviens des belles rivalités, mais aussi que le basketball était un sport rassembleur.

Puis, j’en ai été aussi témoin aux Jeux du Québec. Les finales de basketball étaient des événements très courus en raison de la qualité des équipes sur le terrain. Les gymnases étaient pleins à craquer et l’ambiance était incroyable.

Plusieurs jeunes demeuraient accrochés à l’école grâce au basketball. Le basketball civil a aussi permis à des joueurs de faire le saut aux États-Unis. Ce n’est pas un hasard de voir des athlètes comme Luguentz Dort faire leur entrée dans la NBA. C’est le résultat du travail de tous les intervenants de ce milieu.

Oui aux deux

Je dis oui au retour au baseball, mais je dis oui aussi à l’arrivée de la NBA à Montréal. Il n’y a pas un sport qui est meilleur que l’autre à mon avis. La clientèle est différente tout simplement.

Les deux organisations auraient du pain sur la planche pour vendre les billets pour chacune de leurs rencontres. Ça, c’est une certitude. Toutefois, j’estime qu’avec de bons plans marketing de chaque côté, les deux pourraient connaître du succès.

Si on parle du retour du baseball pour 2021 ou 2022, l’arrivée du basketball ne serait pas avant 2025 dans le meilleur des cas.

Après tout, on ne ramasse pas deux milliards en criant ciseaux. Ça prend plusieurs démarches, des confirmations et un commissaire à l’écoute. Michael Fortier est seulement dans la première phase. Voyons voir s’il peut marquer quelques paniers de trois points dans les prochaines années...

Le Canadien n’a pas réussi un vol

Les succès de Kawhi Leonard et des Raptors de Toronto ont conquis les amateurs de basketball de Montréal.
Photo AFP

Plusieurs experts disent que le Canadien a réussi un vol en repêchant Cole Caufield au premier tour vendredi. Selon moi, il est trop tôt pour le dire. On ne le saura pas avant deux, trois ou même quatre ans. Il fera le saut dans la NCAA avec l’Université du Wisconsin la saison prochaine. On verra s’il sera toujours en mesure de produire sans la présence de l’excellent Jack Hughes à ses côtés. Une chose est sûre : Caufield a du talent. Ça ne s’achète pas. Par contre, attendons avant de parler d’un vol.

Dort n’a pas tout perdu

Les succès de Kawhi Leonard et des Raptors de Toronto ont conquis les amateurs de basketball de Montréal.
Photo AFP

On s’attendait à ce que Luguentz Dort soit sélectionné au repêchage de la NBA. En raison de plusieurs facteurs, ce ne fut pas le cas. Le Nord-Montréalais a dû se contenter d’un contrat à deux volets avec le Thunder d’Oklahoma City. C’est au moins ça. Il vient d’emprunter la voie la plus difficile pour se tailler un poste permanent dans la NBA. Par contre, ce n’est pas la première fois que Dort rencontre des embûches sur sa route. Je ne serais pas surpris qu’il puisse les surmonter. C’est un athlète spécial.

La fin de saison sera longue pour les Jays

Les succès de Kawhi Leonard et des Raptors de Toronto ont conquis les amateurs de basketball de Montréal.
AFP

On est à deux semaines de la pause du match des étoiles dans le baseball majeur. Tristesse et désolation. Voilà les deux mots qui me viennent en tête en regardant le rendement des Blue Jays de Toronto. Ils sont 20 matchs sous la barre de ,500 et leurs dirigeants sont déjà en train de concocter des transactions pour se départir des meilleurs éléments. Malgré la présence de Vladimir Guerrero fils et de Cavian Biggio, les partisans torontois devront s’armer de patience pendant les prochains mois.

Le retour de Bridge : une bonne chose

Les succès de Kawhi Leonard et des Raptors de Toronto ont conquis les amateurs de basketball de Montréal.
Photo Agence QMI

Les Alouettes ont fait un bon coup en faisant signer un contrat à Brandon Bridge. Le quart canadien, qui a amorcé sa carrière dans la LCF avec les Alouettes, secondera Vernon Adams fils pendant la convalescence d’Antonio Pipkin. Même si Bridge a connu des hauts et des bas pendant son séjour avec Saskatchewan, il a prouvé qu’il pouvait jouer dans le circuit canadien. Il a les jambes et le bras pour le faire. Il revient avec les Alouettes avec quelques saisons derrière la cravate et ça fait de lui un atout intéressant pour l’entraîneur-chef Khari Jones.