/sports/hockey
Navigation

Les gagnants et les perdants du dernier encan de la LNH

Coup d'oeil sur cet article

 Bien qu’il soit assurément trop tôt pour statuer sur le futur impact des hockeyeurs ayant été repêchés dans la Ligue nationale de hockey (LNH) le week-end dernier, il est déjà possible de voir que certaines formations ont réalisé de bons coups et que d’autres n’en ont pas eu la chance. 

 Voici trois gagnants et trois perdants de l’encan 2019 du circuit Bettman. 

 Gagnants: 

 L’Avalanche du Colorado 

 Avant même que le repêchage ne débute, la formation de Denver était déjà dans les gagnants, puisqu’elle détenait le premier choix (quatrième au total) des Sénateurs d’Ottawa. L’Avalanche l’avait obtenu dans la transaction envoyant Matt Duchene dans la capitale fédérale en novembre 2017. Avec ce choix, l’équipe de Joe Sakic a sélectionné le meilleur défenseur disponible, soit Bowen Byram. Cet arrière gaucher est reconnu pour être dominant offensivement, lui qui a inscrit 26 buts en 2018-2019 avec les Giants de Vancouver dans la Ligue de l’Ouest. Avec cette acquisition et la présence de jeunes défenseurs, comme Cale Makar, Samuel Girard et Tyson Barrie, le futur semble plus que réjouissant pour l’Avalanche. 

 Les Devils du New Jersey 

 Quand tu es en mesure de mettre la main sur un joueur de la trempe de Jack Hughes, tu es automatiquement gagnant. Les Devils n’ont cependant pas de mérite, ils ont remporté la loterie, et le jeune joueur de centre allait inévitablement être le premier choix. Le travail du DG Ray Shero doit cependant être souligné, lui qui a fait l’acquisition du défenseur P.K. Subban des Predators de Nashville, et ce, sans sacrifier grand-chose. En l’espace de moins de 24h, la formation du New Jersey a obtenu un centre et un défenseur numéro un. 

 Le Canadien de Montréal 

 Dans une première ronde où les défenseurs étaient plus que prisés, les détracteurs du Tricolore pourraient lui reprocher de ne pas avoir choisi un défenseur gaucher, un élément qui manque cruellement à l’organisation. À la place, le CH a choisi le meilleur joueur disponible, soit un très petit attaquant du nom de Cole Caufield. Ce dernier a amassé 100 points, dont 72 buts, en 64 parties avec le programme américain des moins de 18 ans. Il était classé au huitième rang par la Centrale de recrutement de la LNH, mais sa taille de 5 pi 7 po a semblé refroidir certaines équipes. Le Canadien n’a pas eu peur et pourrait bien être grandement récompensé dans le futur, car les marqueurs naturels comme Caufield ne courent pas les rues. Et en ce qui a trait au défenseur gaucher, le Bleu-Blanc-Rouge s’est bien repris en sélectionnant cinq arrières de ce type dans les rondes subséquentes. 

 Perdants: 

 Les Red Wings de Detroit 

 L’équipe du Michigan a causé la plus grosse surprise de la première ronde en appelant le nom du défenseur Moritz Seider au sixième rang. Même l’arrière allemand a semblé médusé. Selon plusieurs experts, l’athlète de 18 ans devait sortir beaucoup plus loin en première ronde, lui qui ne devrait pas être prêt pour la LNH avant quelques années. Ce choix est d’autant plus surprenant si l’on considère qu’une multitude d’espoirs de meilleures qualités et prêts pour le show étaient toujours disponibles. 

 Les Oilers d’Edmonton 

 Un peu comme les Wings, les Oilers ont étonné en choisissant l’arrière Philip Broberg au huitième échelon de la première ronde. Le jeune homme aura assurément un impact dans la LNH, mais il ne représente pas le meilleur choix pour la formation de l’Alberta. Reconnu pour son apport offensif, Broberg ne vient pas combler un besoin des Oilers, eux qui auraient mieux fait de choisir un spécialiste du jeu défensif ou un ailier capable de suivre les prouesses de Connor McDavid. 

 Les Blue Jackets de Columbus 

 Si l’Avalanche arrivait au repêchage en gagnant, les Blue Jackets arrivaient indéniablement en perdants. Voulant tenter sa chance pour une conquête de la coupe Stanley à tout prix, le directeur général Jarmo Kekalainen a échangé pratiquement tous ses choix de repêchage, si bien qu’il ne lui restait que des sélections de quatrième (deux) et septième rondes. Rien de bien alléchant pour les partisans.