/news/currentevents
Navigation

Tabac près des édifices: des députés et des ministres délinquants

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Plusieurs députés et employés de l’Assemblée nationale ne respectent pas la restriction de neuf mètres concernant l’usage du tabac à proximité des accès aux édifices.

TVA Nouvelles a constaté que plusieurs députés, ministres et membres du personnel politique avaient fumé à l’intérieur de la zone des neuf mètres près d’une porte extérieure du parlement, quand les deux bâillons législatifs ont été imposés les 16 et 17 juin derniers. 

Les bâillons, imposés pour l’adoption de la nouvelle loi sur l’immigration et de celle sur la laïcité, avaient nécessité une période de présence prolongée des élus et leur personnel dans les bâtiments de l’Assemblée nationale. 

Pourtant, les panneaux de signalisation sont bien visibles autour du parlement, indiquant qu’il est interdit de fumer à moins de neuf mètres de l’édifice. 

Sur les images captées, on reconnaît la députée solidaire Catherine Dorion, la ministre du Tourisme Caroline Proulx, le député caquiste Louis Lemieux et le député caquiste Youri Chassin. 

Ironie du sort, la députée Catherine Dorion a déposé il y a quelques semaines une pétition pour dénoncer l’impact de l’usage du tabac dans les lieux extérieurs. La pétition visait la pollution créée par les mégots de cigarette lorsqu’ils sont jetés dans l’environnement. 

  • ÉCOUTEZ le segment à ce sujet à l’émission Le 6 à 9 de Caroline et Maka sur QUB radio:

 

Mauvaise habitude

«Personnellement, je ne suis pas un fumeur», a souligné le leader parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois. «Mais je sais que c’est une mauvaise habitude que plusieurs ont prise à l’Assemblée nationale du Québec. Je pense que ce petit rappel est salutaire. Il va falloir trouver d’autres endroits pour aller s’adonner à ce péché», a-t-il ajouté. 

De son côté, le whip du Parti québécois, Harold Lebel, a souligné que, malgré des travaux de 60 M$ pour améliorer la sécurité et l’accueil des visiteurs à l’Assemblée nationale, les endroits extérieurs prévus pour les fumeurs semblaient avoir été oubliés. 

«La loi c’est la loi comme on dit. Il faut la respecter, la loi, même si les endroits où on peut fumer ne sont pas assez évidents.» 

Un représentant de l’Assemblée nationale a expliqué que des fumeurs avaient été avertis qu’ils ne respectaient pas la loi. 

Quant à elle, la ministre de la Santé, Danielle McCann, a insisté pour dire qu’il ne doit y avoir de passe-droit pour personne. «J’aimerais mieux qu’il y ait le moins de fumeurs possible. Ce n’est pas bon pour la santé et c’est sûr qu’il faut respecter la loi.» 

Amendes salées

Au Québec, depuis 2017, les inspecteurs du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) ont donné 2741 constats d’infraction concernant des interdictions de fumer non respectées. 

Fumer à moins de neuf mètres peut entraîner une amende de 250$ à 1500$ au contrevenant. De plus, l’Assemblée nationale pourrait s’exposer à des amendes pour avoir toléré une personne qui fume illégalement. 

Constats d’infraction relatifs au tabac émis par les inspecteurs du MSSS 

2017: 962 constats 

2018: 1299 constats 

2019 (au 31 mai): 480 constats 

– Source: MSSS