/finance/business
Navigation

Couche-Tard écarte l’idée du salaire minimum de 15 $ de l’heure

Le géant des dépanneurs laisse le gouvernement du Québec faire ce choix

Coup d'oeil sur cet article

Alimentation Couche-Tard ne voit pas l’urgence de faire passer son salaire minimum à 15 $ de l’heure au Québec.

« Couche-Tard croit que l’augmentation du salaire minimum doit se produire au moment opportun, après consultation, et de façon prévisible et progressive afin d’être durable et de minimiser l’impact sur les opportunités d’emploi à long terme », a indiqué au Journal une porte-parole de Couche-Tard, Laurence Myr Leroux.

Comme le détaillant Dollarama, Couche-Tard dit plutôt s’en remettre aux gouvernements de chaque province pour ajuster le salaire minimum sur leur territoire.

Au Québec, Couche-Tard doit composer avec un salaire minimum de 12,50 $ de l’heure, comparativement à 14 $ de l’heure en Ontario et à 15 $ de l’heure en Alberta.

Le cofondateur et président du conseil d’administration de Couche-Tard, Alain Bouchard, a déjà dit par le passé que le passage du salaire minimum à 15 $ de l’heure au Québec créerait beaucoup d’inflation, alors que la facture serait refilée directement aux consommateurs.

En Ontario, la direction de Couche-Tard a fait valoir que l’augmentation du salaire minimum à 15 $ de l’heure se traduirait par des fermetures de dépanneurs.

« Oui, il y aura des fermetures. Je ne peux pas dire combien. Il y aura la disparition de plusieurs commerces en Ontario », avait dit Alain Bouchard en marge de l’assemblée annuelle des actionnaires de l’entreprise en 2017.

Le salaire minimum n’a jamais atteint les 15 $ en Ontario. Le gouvernement de Doug Ford l’a limité à 14 $ de l’heure.

Couche-Tard dit ainsi préférer des petites hausses du salaire minimum plutôt que d’importantes augmentations inattendues.

Le Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) croit toutefois que Couche-Tard peut faire mieux et il promet d’être actif l’an prochain lors de l’assemblée annuelle des actionnaires du détaillant.

Question d’équité

Le salaire de 8,76 millions $ du PDG de Couche-Tard, Brian Hannasch, l’an dernier, a été 373 fois plus élevé que celui d’un employé moyen du détaillant qui compte plus de 16 000 établissements dans son réseau.

Le MÉDAC entend demander aux actionnaires du détaillant de faire progresser le salaire minimum à 15 $ de l’heure dans ses dépanneurs.

« On pense que ce serait une très bonne idée », a fait savoir le porte-parole du MÉDAC, Willie Gagnon.

Un salaire de 15 $ l’heure pourrait être en 2019 le salaire minimum qu’une entreprise responsable devrait verser à ses employés, croit le MÉDAC.