/news/society
Navigation

Dons de 900 $ pour sauver un bébé cerf

Des internautes ont payé la facture de l’amputation

Une photo prise avant l’opération.
Photo courtoisie Une photo prise avant l’opération.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-ÉTIENNE-DE-BOLTON | Des internautes émus ont donné plus de 900 $ pour payer l’amputation d’une jambe d’un bébé chevreuil happé par un tracteur.

Un faon de 13 livres, âgé d’environ 2 semaines, était caché dans les herbes hautes d’un champ du Centre-du-Québec, quand il a été fauché vendredi dernier. Sa patte arrière gauche, fracturée, était très mal en point.

L’agriculteur qui l’a trouvé l’a tout de suite conduit à l’Hôpital vétérinaire des Bois-Francs, à Victoriaville.

« Il se sentait vraiment mal et il voulait qu’il survive », explique une technicienne en santé animale de l’endroit, Natacha Lévesque.

Le bébé chevreuil, nommé Plume, a été amputé de la patte arrière gauche après avoir été happé par un tracteur.
Photo courtoisie
Le bébé chevreuil, nommé Plume, a été amputé de la patte arrière gauche après avoir été happé par un tracteur.

Une vétérinaire qui venait de terminer sa journée est restée au travail plus longtemps pour l’amputer. Mme Lévesque s’est ensuite occupée de lui pendant la fin de semaine, chez elle, à le nourrir au biberon quatre fois par jour.

Elle est allée le porter hier au refuge Lobadanaki, de Saint-Étienne-de-Bolton en Estrie, où le bébé pourra poursuivre sa convalescence.

La propriétaire, Anne-Marie Demers, avait accepté la responsabilité du cervidé avant son opération, dont les frais s’élèvent à 722 $.

« Il n’était pas question de penser à l’argent ni à une euthanasie. C’est sûr qu’on y penserait plus si c’était un adulte, parce que pour un animal qui a connu la liberté pendant plusieurs mois, se retrouver en captivité est un énorme stress. Tandis que quand c’est des bébés, c’est plus facile de s’adapter à un nouvel environnement », indique Mme Demers.

Charmés par plume

Elle a lancé une campagne de sociofinancement afin de faciliter le paiement de la facture, et a amassé plus de 900 $ en une journée. Elle attribue entre autres ce succès aux photos sur internet du petit faon, maintenant nommé Plume en raison de son petit poids.

« Les petits bébés vont encore plus chercher le cœur des gens », dit-elle.

Mme Demers a confirmé que l’argent récolté en surplus servira à aider les 150 autres animaux du refuge.

Plume parvient à se tenir sur ses trois pattes et marchera sans doute bientôt. Il sera ensuite envoyé dans un sanctuaire pour animaux non réhabilitables en nature, où il vivra dans un parc avec trois autres cerfs.