/sports/fighting
Navigation

Marie-Ève Dicaire carbure aux défis

Marie-Ève Dicaire carbure aux défis
Photo tirée de Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Ève Dicaire carbure aux défis. Après avoir affronté son aspirante numéro un, la championne du monde IBF des poids super-mi-moyens se frottera à la deuxième prétendante au titre cette semaine.

Vendredi soir au Casino de Montréal, la Québécoise à la fiche parfaite (15-0-0, 0 K.-O.) a rendez-vous avec Maria Lindberg (17-4-2, 9 K.-O.). Une adversaire expérimentée de 42 ans qui en a vu d’autres. La Suédoise n’a rien à perdre, elle dont la carrière tire à sa fin.

Elle en est d’ailleurs bien consciente.

«Chaque combat pourrait être mon dernier parce que je suis à la fin de ma carrière. Mais je me sens encore en forme et forte, a indiqué Lindberg en point de presse dans la métropole québécoise, mardi.

«C'est la beauté de la boxe féminine: lorsque tu arrives au sommet, c’est facile d’y rester, car il n'y a pas beaucoup de boxeuses. Je suis encore une adversaire intéressante pour les championnes actuelles.»

«Je vais lui faire vivre l'enfer!»

Lindberg n’entend pas être une proie facile et servir seulement de faire-valoir à Dicaire.

«Je suis une bagarreuse. Je donne tout ce que j'ai à tous mes combats. Je vais lui faire vivre l'enfer vendredi!», a-t-elle lancé avec un large sourire.

Pour mieux se préparer, Lindberg a longuement observé Dicaire à cet entraînement médiatique.

Elle compte se servir de son expérience pour neutraliser les forces de sa rivale.

«Elle est talentueuse, elle a de belles qualités, je respecte ça. Mais je connais mes forces et je sais comment les utiliser. Je suis toujours là pour gagner.»

Faire le ménage

L’entraîneur de Dicaire, Stéphane Harnois, va s'assurer que sa protégée ne tombe pas dans le piège.

«Il faut éviter d'embarquer dans sa "game". Quand elle est installée, Lindberg lance des coups, mais j'aime que Marie ne reçoive pas de coups, alors on va l'étourdir comme d'habitude.»

L'objectif de Dicaire est clair: «faire le ménage chez les 154 livres».

«Lindberg représente un obstacle pour moi chez les 154 livres. Je veux faire le ménage. Je descends la liste à partir du haut et ça me fait un bien immense. Ça me permet de gagner en confiance et de réaliser que je peux rivaliser avec les meilleures de ma division.»