/news/transports
Navigation

Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine: le service complet reprend

Le NM Jos-Deschênes II, impliqué dans la collision avec un VR, reprend les flots

Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine: le service complet reprend
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le NM Jos-Deschênes II, traversier impliqué dans le terrible accident de lundi à la traverse de Tadoussac, a pu reprendre du service en début d’après-midi, mardi. Des inspections ont permis de conclure que les dommages du navire ne compromettraient pas la sécurité lors des traversées.

La Société des traversiers du Québec (STQ), a confirmé la reprise des traversées à deux navires aux 20 minutes peu après 13h30, mardi, entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine.

Une inspection du navire a permis de confirmer que ce dernier pouvait reprendre les flots sans problème.

Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine: le service complet reprend
Photo Agence QMI

«On parle de dommages qui sont somme toute mineurs. Il y a les barrières qui se referment à l’arrière du navire lors du départ, une des deux a été complètement arrachée. Elle a été remplacée par une barrière temporaire. Il y a aussi un feu de position qui a été arraché», explique Alexandre Lajoie, porte-parole de la STQ, à propos du navire qui a été percuté après la course folle d’un véhicule récréatif qui dévalait la côte menant au traversier.

Le conducteur du VR, Éric Belec, a perdu la vie dans la collision, alors que sa passagère se trouve toujours dans un état critique à l’hôpital.

Retard à rattraper

La reprise du service complet devrait permettre de désengorger le secteur de la traverse, très achalandé depuis l’accident de lundi.

«Il y a une attente qui s’était créée des deux côtés. On s’attend à rattraper le retard qu’on avait accumulé d’ici la fin de la journée», estime Alexandre Lavoie.

Des périodes d’interruptions sont également prévues au cours des prochains jours pour permettre les réparations nécessaires sur le NM Jos-Deschênes II. Ces travaux seront faits en dehors des périodes d’achalandage et l’autre navire le NM Armand-Imbeau II demeurera en service en tout temps.

Réflexion sur le secteur

Pour ce qui est des discussions entourant la configuration du secteur où s’est produit l’accident, la STQ se dit ouverte à participer à la réflexion.

L’organisme souhaite toutefois attendre la fin de l’enquête policière avant d’avancer quelconque scénario.

«Assurément qu’on va être prêt à s’impliquer et qu’on va collaborer pleinement avec les intervenants, dont le ministère des Transports. Mais pour l’instant, on doit attendre les conclusions de l’enquête de la Sureté du Québec.»