/entertainment/music
Navigation

Un retour à Québec pour Ludwig von 88

Il s’agit d’une toute première visite pour la formation punk française depuis son passage en 1993

Ludwig Von 88
Photo Patrick Imbert et Hans Lucas La formation française de punk alternatif Ludwig von 88, qui a repris du service, n’a pas joué à Québec depuis 1993. Elle va lancer un nouvel album de 20 chansons cet automne.

Coup d'oeil sur cet article

Le retour de la formation punk rock française Ludwig von 88 devait en être un de très courte durée. Trois ans plus tard, l’aventure se poursuit et le quatuor se prépare à lancer une nouvelle collection de chansons.

« Nos intentions étaient, à l’origine, de faire cinq concerts. On a réalisé qu’on s’entendait bien, qu’on avait du fun et on a décidé de continuer. On aurait mis fin à tout ça si le plaisir n’avait pas été au rendez-vous », a fait remarquer le chanteur Karim Berrouka, lors d’un entretien téléphonique.

Active entre 1983 et 2001, la formation de punk alternatif a repris du service en 2016 après 15 années de silence.

Elle se produira le 28 juin à Jonquière en musique et à l’Impérial Bell le 29 juin, avec en première partie la formation Carotté. Il s’agit d’un retour à Québec après 26 ans d’absence.

« L’auditoire est constitué de vieux et de jeunes. Il y a des gens qui n’ont pas pu voir les Ludwig parce qu’ils étaient trop jeunes à l’époque ou ils n’étaient même pas nés. C’est une bonne ambiance. On s’éclate », a-t-il indiqué.

Karim Berrouka, Bruno Garcia, Jean-Mi et Charlu Ombre n’ont pas eu trop de difficulté à repartir la machine en prévision du concert de retour qui a eu lieu le 18 juin 2016, devant 12 000 personnes, au Hellfest à Clisson, en France.

« Il a fallu répéter, car on n’avait pas joué ces chansons depuis 19 ans. Heureusement, elles ne sont pas trop compliquées. On s’est dit que si c’était pour marcher là, c’était pour marcher ailleurs », a lancé le chanteur-écrivain de 55 ans.

Un nouvel opus

La formation a lancé le 7 juin dernier un EP intitulé Disco Pogo Night. Un opus de cinq titres qui est annonciateur d’un album qui sera lancé en septembre ou en octobre.

« Tout a été enregistré. C’est un album qui ressemble à du Ludwig. Le public ne s’attend pas à ce qu’on fasse de la new wave ou du rap. On voulait que ça soit le même groupe, mais sans tomber dans la copie », a fait savoir Karim Berrouka.

Le chanteur fait remarquer que certaines vieilles chansons de la formation sont encore d’actualité.

« Il suffit de changer le nom des hommes politiques. On a fait une chanson sur Le Pen et on a juste à modifier le prénom. C’est un peu angoissant de chanter sur les violences policières commises il y a 20 ans et en France, et constater que c’est toujours la même chose et que c’est pire aujourd’hui. Ça, ça n’a pas évolué et c’est dommage », a-t-il dit.