/news/politics
Navigation

Deux groupes d'extrême droite ajoutés à la liste canadienne d'entités terroristes

Ralph Goodale
Photo d'archives, Agence QMI Ralph Goodale

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Des groupes d’extrême droite figurent pour la première fois sur la liste canadienne des organisations terroristes.

Le gouvernement fédéral y a ajouté le groupe néonazi Blood & Honour ainsi que sa division armée, Combat 18, vendredi dernier.

Appelé à indiquer si cela ouvrait la porte à l’ajout d’entités plus connues au Québec, comme les Soldats d’Odin et La Meute, le bureau du ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a répondu que la liste était en constante évolution.

Bombardement raciste

Selon la description faite par Sécurité publique Canada du groupe Blood & Honour sur son site web, ce dernier a été fondé au Royaume-Uni à la fin des années 80 et plusieurs autres divisions ont ensuite vu le jour ailleurs dans le monde. En 2012, des membres de l’organisation ont bombardé un bâtiment où habitaient des familles roms en République tchèque.

Lorsqu’un groupe est ajouté à la liste canadienne d’entités terroristes, les banques et institutions financières gèlent les avoirs qui y sont associés. Cela permettrait aussi de porter des accusations de terrorisme plus facilement contre certains individus.

Mercredi, le ministre canadien de la Sécurité publique a par ailleurs annoncé une nouvelle mesure pour aider les petites entreprises à lutter contre la propagation de contenu extrémiste sur internet.

Ottawa versera jusqu’à 1 million $ à « Tech Against Terrorism », l’initiative d’un comité des Nations unies qui s’affaire à contrer le terrorisme en ligne.

L’argent servira à mettre sur pied un « dépôt numérique » alertant les petites entreprises de tout nouveau contenu extrémiste. Cela leur permettrait ainsi d’intervenir rapidement pour supprimer ces publications.