/24m/transports
Navigation

Ligne rose: un demi-siècle d'attente pour Lachine

Ligne rose: un demi-siècle d'attente pour Lachine
LAURENCE HOUDE-ROY/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Cinquante ans après le développement du métro, plusieurs citoyens de Lachine ont accueilli positivement l'appui du gouvernement provincial au projet de la ligne rose qui devrait relier l'arrondissement de l'ouest de l'île de Montréal au centre-ville.

• À lire aussi: Du financement pour le tramway de Québec et la ligne rose de Montréal

«Ça fait depuis 1970 que l'on nous dit que l'on devrait avoir quelque chose [...], c'est encore mieux qu'un métro», a souligné la mairesse de Lachine, Maja Vodanovic, en commentant l'annonce. «Avec une volonté politique et de l'organisation, on devrait être capable de faire ça [le tramway] en deux-trois ans comme à Paris ou ailleurs, je ne suis pas inquiète», a-t-elle précisé.

Temps de déplacement réduit

«Dans Lachine, la fin de semaine, il y a moins d'autobus, le tramway va faciliter mes déplacements», croit Simone Paquette qui voyage quotidiennement entre l'arrondissement de Lachine et Montréal-Nord, un trajet de quatre heures aller-retour en transport en commun.

«Je me fais souvent demander au téléphone "est-ce que le métro se rend jusqu'à vous ?" [Le tramway] va grandement faciliter les déplacements de nos patients», estime de son côté Nathalie Biron qui travaille à la clinique d'audioprothésistes située sur la rue Victoria dans l'arrondissement de Lachine. «On a des patients qui annulent leur rendez-vous en raison du trafic et de la construction», a expliqué l'adjointe administrative de la clinique spécialisée.

Carte de la projection de la ligne rose du métro de Montréal proposée par Projet Montréal.
Courtoisie
Carte de la projection de la ligne rose du métro de Montréal proposée par Projet Montréal.

«Ça me prend entre 30 et 45 minutes [pour me rendre au métro] selon le trafic, c'est une bonne idée si ça peut réduire le temps de déplacement», a expliqué Sarah Lefebvre, qui prend régulièrement l'autobus entre Lachine et le métro Lionel-Groulx.

«C’est par des projets comme le Réseau structurant de transport en commun à Québec et la ligne rose à Montréal que nous réussirons à réduire nos émissions de gaz à effet de serre», a déclaré pour sa part le directeur des communications d'Équiterre, Ryan Worms.

«C’est une excellente nouvelle qui ne fait que des gagnants, à Québec et à Montréal. Nous avons espoir que le Réseau structurant, attendu depuis longtemps dans la Capitale, sera la bougie d’allumage de plusieurs autres projets partout sur le territoire», a affirmé la directrice principale de l'organisme Vivre en Ville, Jeanne Robin.

Le tramway avant le REM

Pour la mairesse de l'arrondissement de Lachine, le tramway est un mode de transport accessible à pied qui ne nécessite pas la construction de grands stationnements comparativement aux stations du REM. «Une station du REM [dans Lachine] briserait le quartier en deux, mais un tramways, on n’a pas besoin de grand stationnement», a-t-elle dit tout en mentionnant qu'un ancien axe de chemin de fer aux abords de la rue Victoria pourrait accueillir le nouveau tramway.

«Quand on met un tramway dans un secteur, les gens viennent habiter autour alors que les gens fuient les rues où il y a beaucoup d'autobus», a ajouté Maja Vodanovic.