/sports/hockey
Navigation

Samuel Poulin veut rejoindre Sidney Crosby plus tôt que tard

Samuel Poulin veut rejoindre Sidney Crosby plus tôt que tard
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Choisi au 21e rang du récent repêchage amateur de la Ligue nationale de hockey par les Penguins de Pittsburgh, le Québécois Samuel Poulin a déjà reçu les félicitations du capitaine de l’équipe, Sidney Crosby, et il ne veut pas attendre pour jouer en sa compagnie.

• À lire aussi: Samuel Poulin poursuit la tradition familiale

Le fils de l’ancien hockeyeur Patrick Poulin a effectué ses premiers coups de patin dans l’uniforme de sa nouvelle équipe à l’occasion du début du camp de développement des Penguins, mercredi. Même s’il est admissible à un retour avec le Phoenix de Sherbrooke, dans les rangs juniors, l’athlète de 18 ans se permet de rêver et d’espérer.

«Je ferai tout mon possible pour me tailler une place dès cet automne. Je vais essayer», a-t-il commenté au site pittsburghhockeynow.com.

Cependant, il a déjà eu droit à un premier contact avec un joueur régulier du club, et non le moindre. Comme il le fait à l’endroit de chaque espoir sélectionné par les «Pens» à l’encan du circuit Bettman, Crosby a envoyé quelques mots à Samuel Poulin.

«J’ai reçu un message texte de Sid qui me souhaitait la bienvenue. Si j’ai des questions, je peux lui écrire ou l’appeler. Disons que je fus très surpris de cela», a-t-il expliqué.

Améliorations possibles

Aux yeux de celui ayant amassé 76 points en 67 matchs à Sherbrooke la saison passée, il importe de travailler et de suivre le plan des entraîneurs à la lettre. Toutefois, il aimerait peaufiner certains aspects de son jeu.

«Je dirais le patinage. Je vais me concentrer sur cela cet été afin d’être plus rapide et plus explosif, a-t-il affirmé, sans être intimidé par les joueurs de la ligue. Les gars seront plus vieux, peut-être, et plus forts, mais le sport reste le même.»

Aussi, Poulin s’efforcera de tout donner sur la glace et au gymnase.

«C’est sûr que les entraîneurs m’étudient. C’est un peu comme une évaluation et ils veulent que je fasse de mon mieux. En même temps, ils espèrent me voir savourer le moment et apprécier tout ce qu’on fait ici.»