/24m/transports
Navigation

Du financement pour le tramway de Québec et la ligne rose de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Montréal cédera à la Ville de Québec l'argent nécessaire à la réalisation de son futur tramway et obtient du même coup l'engagement de la part de l'État québécois de contribuer à une portion du projet de la ligne rose dans l'ouest de l'île.

L’entente de principe conclue avec le gouvernement Legault survient une semaine après l’entrée en vigueur de la loi permettant à la ville de Québec d’avoir un tramway. Montréal accepte donc de laisser 800 millions $ provenant du gouvernement fédéral qui lui était destiné.

L'entente est «une solution intelligente pour dénouer l’impasse du financement», selon Florence Junca-Adenot, professeure en études urbaines à l’Université du Québec à Montréal.

«Ça ne pouvait pas attendre l’année prochaine», a-t-elle ajouté.

Sinon, le tramway de Québec aurait été compromis, dit l’ancienne présidente de la défunte Agence métropolitaine de transport.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a salué le résultat des négociations permettant de confirmer deux projets de tramways.

En outre, grâce aux 800 millions $ qui seront versés à Montréal par le gouvernement provincial, plutôt qu’Ottawa, la Société de transport de Montréal (STM) ne perdra pas d’argent.

L’entente n’injecte pas d’argent neuf pour la STM, mais des sommes seront dédiées aux projets prioritaires inscrits dans le Plan québécois des infrastructures (PQI) 2020-2030, comme l’ajout de portes palières sur les quais des stations de la ligne orange.

Ligne rose

Le gouvernement s’engage notamment à prévoir de l’argent pour une portion de la ligne rose qui pourrait prendre la forme d'un tramway. Parallèlement, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) poursuit ses études sur un mode de transport reliant le nord-est et le sud-ouest du territoire.

Sachant que l’ARTM doit produire «un plan stratégique de développement des transports collectifs pour les 82 villes de la région de Montréal» d’ici la fin 2019, l’annonce «court-circuite un peu le processus de planification», d’après Mme Junca-Adenot. Cela dit, les besoins en termes de mobilité entre le centre-ville et l'arrondissement de Lachine ont déjà été abondamment étudiés, rappelle-t-elle.

«Nous obtenons l’inscription au PQI 2020-2030 du financement pour un lien structurant de tramway entre le centre-ville et Lachine. Ce lien viendra s’intégrer au lien qui verra le jour dans l’axe de la rue Notre-Dame, dans l'est de Montréal. C’est ainsi que le tronçon ouest de la ligne rose verra le jour et viendra desservir les secteurs qui ont bien des besoins, principalement dans le sud-ouest de Montréal», s’est réjoui la mairesse de Montréal, Valérie Plante, sans cacher sa fierté pour une entente «gagnante-gagnante».

Un mode de transport lourd est privilégié. Le coût et l’échéancier n’ont pas été spécifiés. Ce sera «un projet important à l’intérieur du PQI (...). Nous nous engageons à faire cela le plus rapidement possible», a dit le président du Conseil du trésor, Christian Dubé.

Les plans d’infrastructures peuvent évoluer et «tant que les contrats de réalisation ne sont pas donnés, il n’y a rien de coulé» dans le béton, a souligné Mme Junca-Adenot.

«C’est une bonne nouvelle pour les résidents (de Lachine) et la mobilité», a commenté Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal, déplorant toutefois l’absence d’un plan d’affaires précis.

Projets de la STM qui seront inscrits au PQI 2020-2030:

- Ajout de portes palières sur les quais de la ligne orange pour réduire le risque d’incidents

- Implantation d’un nouveau système de contrôle de trains sur la ligne bleue

- Nouveau centre d’attachement dans le secteur nord-ouest pour la ligne bleue