/world/usa
Navigation

Une mère sauvagement battue par l’intimidateur de 13 ans de son fils

Coup d'oeil sur cet article

Un adolescent de 13 ans a été arrêté en lien avec l’agression sauvage d’une mère et de son fils de 12 ans, survenue le 19 juin dernier, dans la ville de Passaic dans l'État du New Jersey.

Les autorités considèrent qu’il s’agit d’une agression, mais la famille de la victime estime plutôt que celle-ci a été victime d’un crime haineux.

Le drame s’est déroulé lorsque la petite famille revenait de l’école vers 15 h. Beronica Ruiz était accompagnée de ses fils âgés de 8 et 12 ans, ainsi que de son bébé d’un an dans une poussette, lorsqu’elle a réalisé qu’un groupe de garçons les suivait.

«Ma vie a changé en une seconde. Je ne me sens plus en sécurité nulle part», a confié l’Américaine de 35 ans à CNN.

Si Mme Ruiz n’a aucun souvenir de l’attaque, ses enfants ont tout vu. Son œil droit est rempli de sang et elle a une orbite fracturée après avoir reçu un coup de poing en plein visage. L’agression a laissé la mère de famille complètement inconsciente dans la rue. Son fils de 12 ans a également été frappé au visage.

«C’est une attaque horrible et brutale. Ça prend un certain niveau de folie pour attaquer brutalement une mère avec une poussette et la laisser pour morte sur le sol», a déclaré Daniel Santiago, l’avocat de la victime.

Tout a commencé la veille de l’attaque lorsque des jeunes à l’école ont intimidé les enfants d’origine mexicaine en disant que tous les Mexicains devraient retourner de l’autre côté de la frontière américaine.

Le fils de 12 ans de Mme Ruiz aurait été menacé à ce moment et serait allé demander de l’aide auprès d’un professeur. L’école n’aurait jamais contacté les parents de l’enfant pour les informer de la situation.

La famille de Beronica Ruiz songe à poursuivre l’école que fréquente son fils et l’intimidateur, car l’établissement n’aurait pas protégé adéquatement son enfant.

L’intimidateur a été arrêté après l’incident, accusé d’agression et suspendu de l’école.

Une enquête est en cours afin de déterminer les circonstances de l’attaque, mais la famille Ruiz espère que des accusations de crime haineux seront déposées contre l’intimidateur.

«Tout a commencé avec des mots. Ces enfants nous détestent, car nous sommes Mexicains», a dit Alfonso Vasquez, le mari de Mme Ruiz.