/finance/business
Navigation

Projet de transport vers Lachine: Bombardier salive déjà

L’entreprise lorgne le projet de transport vers Lachine

Bombardier Transport a décroché un contrat de 391 millions de dollars dans le cadre du prolongement du réseau de train léger sur rail de la capitale albertaine, Edmonton.
Photo courtoisie Bombardier Transport a décroché un contrat de 391 millions de dollars dans le cadre du prolongement du réseau de train léger sur rail de la capitale albertaine, Edmonton.

Coup d'oeil sur cet article

Déjà fort actif dans le dossier du tramway à Québec, Bombardier n’a pas tardé, mercredi, à montrer son intérêt pour le nouveau projet mis de l’avant pour relier Lachine au centre-ville de Montréal.

« Nous sommes constamment à la recherche de nouveaux contrats pour maintenir nos employés qualifiés spécialisés au travail et, par conséquent, nous pourrions certainement être intéressés par ce projet », a déclaré un porte-parole de Bombardier Transport, Kaven Delarosbil.

 

  • Le président du Conseil du trésor Christian Dubé était l’invité de Caroline St-Hilaire et Maka Kotto sur QUB radio:

 

La division ferroviaire de la multinationale québécoise a récemment mis à pied 85 travailleurs à son usine de La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent, en raison notamment d’une interruption dans l’assemblage de voitures Azur pour le métro de Montréal.

L’an dernier, Bombardier a encaissé un coup dur lorsque la Caisse de dépôt et placement lui a préféré son rival français Alstom pour la construction des trains du Réseau express métropolitain (REM), qui sera effectuée en Inde.

Le gouvernement Legault a toutefois assuré que les futurs contrats de matériel roulant comprendront une exigence minimale de contenu canadien de 25 %, alors qu’il n’y en avait pas pour le REM.

Pour mettre toutes les chances de son côté, Bombardier mène une opération charme à Québec depuis des mois.

Contrat à Edmonton

Bombardier assure que son tram Flexity Freedom, qui roule notamment à Toronto, est adapté au climat québécois. La glaciale Edmonton a choisi Bombardier pour l’expansion de son système de train léger.

En revanche, l’entreprise s’est attiré de vives critiques au cours des dernières années pour de nombreux retards de livraison, notamment à Montréal, Toronto et New York.

Alstom et l’allemand Siemens, qui ont décroché plusieurs contrats de trains légers au Canada, pourraient également être sur les rangs. Alstom fait toutefois la manchette à Ottawa en raison des problèmes techniques que connaissent les voitures livrées pour le futur réseau ferroviaire de la ville.

Les contrats de trams et de trains légers au Canada

  • Toronto : Bombardier
  • Montréal : Alstom
  • Vancouver : Bombardier, Hyundai
  • Edmonton : Siemens, Bombardier
  • Calgary : Siemens
  • Ottawa : Alstom