/finance/opinion/columnists
Navigation

La «petite vite» de François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault vient de passer une petite vite aux Québécois avec son projet de loi 34 visant à « simplifier le processus d’établissement » des tarifs d’Hydro-Québec.

Pour ce faire, Hydro-Québec n’aura plus à soumettre annuellement ses demandes d’augmentation de tarifs à la Régie de l’énergie. La Régie interviendra dorénavant seulement une fois aux cinq ans dans la fixation des tarifs d’Hydro.

 

  • ÉCOUTEZ le commentaire de Michel Girard à Le 6 à 9 de Caroline et Maka sur QUB radio:

 

Pour les années 2021 à 2024, le gouvernement Legault a décidé d’autoriser Hydro à hausser ses tarifs en fonction de l’inflation.

Le hic ? En agissant de la sorte, le gouvernement caquiste fait un super cadeau à Hydro, tout en défavorisant ses clients.

Pourquoi ? Parce que depuis 2016, les hausses annuelles de tarifs autorisées par la Régie de l’énergie étaient nettement inférieures à l’inflation. Alors que l’inflation enregistrait une hausse cumulative de 4,5 % au cours des quatre dernières années, les hausses de tarifs totalisaient 2,6 %.

Remarquez que le gouvernement Legault se fait lui-même un beau cadeau budgétaire avec cette mesure puisque les profits d’Hydro font partie des revenus consolidés du gouvernement.

LES TROP-PERÇUS ?

Par ailleurs, avec son projet de loi 34, le gouvernement Legault tente de nous faire accroire qu’il nous remboursera la totalité des trop-perçus de 1,5 milliard $ qu’Hydro-Québec a puisés dans les poches de ses clients dans le passé.

Et c’est par l’entremise d’une stratégie, que je qualifie cousue de fil blanc, qu’il nous « remboursera » le 1,5 milliard $. Je vous résume ladite stratégie.

Concrètement, le gouvernement Legault ne rembourse que 500 millions $, et ce, par le biais d’un vrai rabais qu’Hydro accordera effectivement en 2020 sur les factures de ses clients.

Mais le reste des trop-perçus, soit plus de 1 milliard de dollars, il nous sera « remboursé » grâce à la valeur « future » d’un gel des tarifs en 2020 !

Quoi ? En effet, le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, évalue l’impact de ce gel tarifaire de 2020 à un rabais de 195 millions $. Ce qui vaut, selon le ministre, à un rabais total de 1 milliard $ en cinq ans, multipliant ainsi par cinq les 195 millions $ (indexés) du gel de 2020 !

Ouf ! Comme le mentionnait mon collègue Charles Lecavalier, si on poursuit la logique mathématique du ministre Julien, le même gel des tarifs de 195 millions $ en 2020 vaudra plus de 2 milliards sur 10 ans, plus de 4 milliards $ sur 20 ans, etc.

BÉMOL IMPORTANT

Si le ministre Julien tient mordicus à cette logique mathématique de la « multiplication du rabais », il faudrait qu’il fasse le même savant calcul en tenant compte cette fois de l’impact du montant de 1,5 milliard $ de trop-perçus sur les tarifs d’Hydro. Eh oui ! chaque année qui a suivi les trop-perçus, on en a subi forcément le contrecoup financier... puisque les tarifs ont régulièrement grimpé.

Quoi qu’il en soit, si François Legault avait été logique avec lui-même, il aurait remboursé, rubis sur l’ongle, le montant de 1,5 milliard de dollars de trop-perçus qu’Hydro-Québec a récoltés dans le passé sur le dos de ses clients.

Après tout, le premier ministre avait lui-même qualifié ces trop-perçus de « vol » lorsqu’il était dans l’opposition.