/finance/business
Navigation

La vente de Transat à Air Canada est encore loin d’être bouclée

Les analystes s’attendent à une surenchère au cours des prochaines semaines

Coup d'oeil sur cet article

La vente du voyagiste Transat à Air Canada est loin d’être assurée. Plusieurs analystes s’attendent à assister à une surenchère au cours des prochaines semaines.

• À lire aussi: L’action de Transat chute de 7 % à la Bourse  

« Je pense qu’il y a aura une surenchère. Il y a encore trop d’intérêt pour Transat actuellement », a indiqué jeudi au Journal le professeur en management et en technologie à l’UQAM, Mehran Ebrahimi. 

  • Dany Gagnon, vice-président de Chrono Aviation, était à Dess de 11 à 13 sur QUB radio: 

Transat a annoncé jeudi qu’elle acceptait l’offre d’achat d’Air Canada à 13 $ l’action pour un montant de près de 520 millions $.

Le conseil d’administration de Transat a dit approuver l’arrangement à l’unanimité avec Air Canada et en recommandera l’approbation à ses actionnaires lors d’une assemblée à venir.

Jeudi, les directions d’Air Canada et de Transat n’étaient pas disponibles pour des entrevues.

Selon M. Ebrahimi, le Groupe Mach n’a pas dit son dernier mot et serait toujours dans la course pour acquérir Transat. Le Groupe Mach a déposé une offre de 14 $ l’action de Transat pour un montant estimé à 560 millions $.

Malgré cette offre supérieure, le c.a. de Transat dit avoir tout de même conclu une convention d’arrangement avec Air Canada.

Actionnaires à convaincre

Le c.a. de Transat devra toutefois convaincre les gros actionnaires de l’entreprise que la transaction vaut le coup.

Le plus important actionnaire de Transat, la firme Letko Brosseau, avait d’ailleurs jugé insuffisante l’offre de 520 millions $ qu’Air Canada a annoncée à la mi-mai. La firme n’a pas voulu émettre de commentaire jeudi.

Letko Brosseau détient 19 % des actions de Transat, tandis que le Fonds de solidarité FTQ en possède 12 %, et la Caisse de dépôt, 6 %.

De l’action à venir

Le Groupe Mach s’est dit surpris jeudi de voir le conseil d’administration de Transat accepter 13 $ l’action alors qu’ils offrent 14 $.

« On a des problèmes à comprendre le rationnel de cette décision », a fait valoir le vice-président aux fusions et acquisitions du Groupe Mach, Alfred Buggé.

Un autre groupe d’investisseurs intéressés par Transat a aussi été surpris par la décision du c.a.

« On s’attend à une surenchère. Le prix à 13 $ est un prix plancher. Ce n’est pas terminé », a précisé l’homme d’affaires Dominik Pigeon de la firme FNC Capital.

La semaine dernière, M. Pigeon disait travailler « à produire une offre amicale » au c.a. de Transat tout en considérant « une fourchette de prix entre 17 $ et 20 $ par action ».

​« C’est une transaction qui respecte les objectifs du gouvernement. Nous voulions protéger le plus d’emplois et nous souhaitions que la marque Transat soit préservée », a dit pour sa part le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon.

À la Bourse de Toronto, le titre de Transat a terminé en baisse de 5,4 %, à 13,42 $, alors que celui d’Air Canada a avancé de 3 %, à 40,60 $.

La transaction en bref

  • Acquéreur : Air Canada
  • Offre : 520 millions $ ou 13 $ l’action
  • Garanties : La marque Transat demeure tout comme son siège social à Montréal
  • Parts de marché :  50 % des vols vers l’Europe et 40 à 50 % du trafic aérien vers les destinations vers le Sud