/news/green
Navigation

Troisième lien: un «gaspillage pharaonesque»

Des groupes environnementaux dénoncent le projet qu’ils jugent «excessif et injustifié»

Le projet dévoilé par le gouvernement Legault permettra aux automobilistes de rejoindre la Rive-Sud à partir de l’autoroute 40, à Beauport, en passant sous l’île d’Orléans. L’idée d’un tunnel à cet endroit, selon le rapport du professeur Bruno Massicotte, « minimise fortement les impacts environnementaux et ne semble pas constituer une problématique ou un défi majeur au développement du projet ».
Photo Simon Clark Le projet dévoilé par le gouvernement Legault permettra aux automobilistes de rejoindre la Rive-Sud à partir de l’autoroute 40, à Beauport, en passant sous l’île d’Orléans. L’idée d’un tunnel à cet endroit, selon le rapport du professeur Bruno Massicotte, « minimise fortement les impacts environnementaux et ne semble pas constituer une problématique ou un défi majeur au développement du projet ».

Coup d'oeil sur cet article

Huit groupes environnementaux ont uni leurs voix, jeudi, pour dénoncer «le gaspillage pharaonesque» du mégaprojet de troisième lien qu’ils qualifient également «d’excessif et d’injustifié». 

«Le troisième lien est pour le gouvernement Legault ce que l’achat du pipeline Trans Mountain a été pour le gouvernement Trudeau : un test de crédibilité sur le dossier du climat», s’est exprimé Karel Mayrand, directeur de la Fondation David Suzuki pour le Québec.

Selon Sarah V. Doyon, directrice de Trajectoire Québec, «ce n'est pas en mettant une voie réservée sur une infrastructure autoroutière que cela devient un bon projet de transport collectif».

Pour Jeanne Robin, directrice principale de Vivre en Ville, «l’incitatif à l’étalement urbain serait monstrueux, nuirait à la consolidation des secteurs à fort potentiel et encouragerait la spéculation sur le territoire agricole». 

Dominic Champagne, co-instigateur du Pacte pour la transition, a ajouté que «le troisième lien ne doit pas voir le jour».

Le «maudit troisième lien»

Également opposé au projet, Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, a dit garder espoir de voir le gouvernement caquiste reculer. «Il n’y a pas de monde qui vont le prendre ce maudit troisième lien, a-t-il lancé. Je pense que la réalité va rattraper le gouvernement et un jour ils vont juste être raisonnables.»

Ce dernier s’est toutefois dit «content pour les gens de l’île d’Orléans», puisque le choix d’un tunnel annule par définition «les impacts appréhendés sur le paysage». 

Pas un défi majeur 

Dans son rapport publié en avril 2016, le professeur Bruno Massicotte a étudié l’hypothèse d’un tunnel entre Lévis et Québec dont le tracé est sensiblement le même que celui dévoilé hier. 

Analysant les aspects environnementaux du mégaprojet, M. Massicotte avait conclu que «les conséquences de construction d’un tunnel foré sous le fleuve Saint-Laurent minimisent fortement les impacts environnementaux et ne semblent pas constituer une problématique ou un défi majeur au développement du projet». Cela dit, ce dernier a insisté sur la nécessité de réaliser ou de mettre à jour les études d’impact environnementales.

Dans une autre étude de 1999 portant sur le même sujet, on écrit que «tous les travaux autres qu’un tunnel entièrement sous-fluvial impliquent le dragage ou le rejet de sédiments qui aurait un effet sur la qualité de l’eau. Les changements à ce niveau pourraient en entraîner d’autres sur l’habitat des végétaux et des animaux en présence.»

Extraits du rapport du professeur Bruno Massicotte (2016)

  • La réalisation d’un troisième lien entre Québec et Lévis par un tunnel foré au tunnelier réduit énormément les activités de construction en milieu aquatique.         
  • Elle représente la meilleure stratégie de construction dans le dessein de limiter potentiellement l’impact environnemental, tel que l’intrusion visuelle indésirée, la perturbation des écosystèmes présents dans le fleuve, la pollution sonore, etc. 
  • La zone la plus impactée dans ce projet sera dans la zone de batture rive nord où sera construite une digue temporaire pour la réalisation du portail d’accès au tunnel. Cette intervention constituera un empiétement sur le milieu aquatique. 
  • Le deuxième impact à considérer pourrait être au niveau de la construction d’un puits de ventilation et possiblement une unité de ventilation à l’extrémité ouest de l’île d’Orléans dans le fleuve Saint-Laurent. 

Une annonce qui fait réagir

«Le troisième lien est un projet, par définition, d’étalement urbain. [...] L’étalement urbain augmente les gaz à effet de serre. Alors, utiliser le Fonds vert pour ça, c’est d’une incohérence absolue.»

— Gaétan Barrette, critique libéral en matière de transports, sur la possibilité d’utiliser le Fonds vert pour financer une partie du projet


«L’annonce d’aujourd’hui ne rend pas pertinent ou acceptable le projet de troisième lien. Les désavantages demeurent : le coût gargantuesque et les dépassements de coûts à prévoir, ainsi que les coûts environnementaux énormes.»

— Catherine Dorion, députée de Québec solidaire


«Pourquoi on ne nous annonce pas, ne serait-ce qu’un estimé, un ordre de grandeur des coûts et les autres options qui étaient possibles ? Il m’apparaît que ça manque beaucoup de transparence.»

— Pascal Bérubé, chef parlementaire du Parti québécois


«Un gouvernement conservateur que je dirigerai en octobre prochain sera un partenaire de ce projet prioritaire [...] Il est clair que Justin Trudeau va bloquer ce projet important.»

— Andrew Scheer, chef du Parti conservateur


«Politiquement, on est derrière le projet à 100 % comparativement aux libéraux qui sont très frileux sur le dossier. En plus, Steven Guilbeault, le nouveau candidat libéral, a dit qu’il était totalement contre le 3e lien.»

— Pierre Paul-Hus, député PCC Charlesbourg–Haute-Saint-Charles


«La présence des conservateurs à l’annonce sur le 3e lien, il faut prendre ça avec un immense grain de sel... Ça me rappelle l’épisode de cette même gang qui portait un gilet des Nordiques devant le futur Centre Vidéotron alors que leur gouvernement n’a pas mis un centime.»

— Joël Lightbound, député libéral de Louis-Hébert


«La moins bonne nouvelle, c’est que les matières dangereuses ne pourront pas passer par le 3e lien. On aurait préféré un pont, mais on est quand même contents de l’annonce.»

— Francis Rouleau, Association des routiers professionnels du Québec