/news/politics
Navigation

Éric Caire défend la pertinence du troisième lien malgré les critiques

 Éric Caire défend la pertinence du troisième lien malgré les critiques
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Fervent partisan de longue date du troisième lien entre Québec et Lévis, le député de La Peltrie a dû se porter de nouveau à la défense de la future infrastructure routière en entrevue à l’émission matinale de QUB radio.

L’animatrice Caroline St-Hilaire n’y est pas allée de main morte dans ses critiques du projet qui prendra la forme d’un tunnel entre l’autoroute 40 et l’autoroute 20, à l’est.

«C’est basé sur quoi, cette idée-là de la pertinence du troisième lien? Il n’y a aucune étude qui a fait la démonstration de la pertinence à court ou à long terme que ça allait diminuer la congestion ou augmenter le développement économique», a lancé Mme St-Hilaire.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue intégrale d'Éric Caire au 6 à 9 de Caroline et Maka

Le député, qui a déjà mentionné qu’il démissionnerait si son parti n’allait pas de l’avant avec la construction du troisième lien, a soutenu que le projet bénéficiait d’un grand appui de la population malgré le manque d’études en sa faveur.

«La Chambre de commerce de Québec y est extrêmement favorable, les couronnes sont favorables. [...] Le PDG du port de Québec et le PDG de l’aéroport [le sont aussi]. C’est un débat qui fait rage depuis 60 ans. Les premières études qui soutiennent cette option-là arrivent en 1956 donc on n’a rien inventé», a-t-il indiqué.

Des milliards pour 12 000 déplacements

Caroline St-Hilaire a également cité la récente étude Origine-destination qui indique que le troisième lien ne serait utile que pour environ 12 000 déplacements quotidiens dans l’est de Québec, un chiffre qui justifie difficilement des investissements de milliards de dollars d’argent public, selon l’animatrice.

«Quand on parle d’Origine-destination, on dit que le transit s’effectue à l’ouest. Compte tenu du fait que les deux seuls ponts inter-rive sont collés un à côté de l’autre à l’ouest, je n’avais pas besoin d’une étude pour me dire que ça passe dans le coin des ponts», a répondu le député de La Peltrie.

Selon M. Caire, le tunnel permettra de déplacer le transport inter-rive. «La circulation va se faire là où sont les infrastructures», a-t-il expliqué.

Le coût du tunnel devrait d’ailleurs être connu l’an prochain, lors du dépôt du plan d’affaires du gouvernement.