/lifestyle/family
Navigation

Bocou-Bocou, le chien qui partira en Westfalia

JM 0630 Animaux
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Bocou-Bocou est un golden retriever de 10 ans qui a de la chance, car cet été, il part en vadrouille en Westfalia avec son maître, Jean-Pierre Girard, qui a écrit l’Est en West.

Cet été, 18 ans plus tard, Jean-Pierre Girard repart sur les routes, dans tout le Québec, avec le même Wesfalia et ses deux chiens, Bocou-Bocou et Bouille Leblanc. Nous lui avons parlé de sa relation avec ses compagnons de route .

1. Quelle est la raison qui vous a poussé à avoir des animaux chez vous ?

Je suis né sur une ferme et j’ai toujours eu des animaux. À la mort de mon père, j’avais 22 ans et 130 vaches et veaux au pâturage. Je peux comprendre qu’on ne puisse pas supporter un animal à cause d’allergies et tout ça, mais je ne saisis pas vraiment qu’on ne les aime pas : ils vont droit au cœur.

2. Pourquoi avoir choisi le nom de Bocou-Bocou ?

La maman d’un bambin de 5 cinq ans m’a posé cette question dans un parc du Saguenay il y a 8-9 ans, après que j’aie appelé Bocou. Son garçon a éclaté de rire en répétant Bocou-Bocou, et en jouant avec lui. Je lui ai dit : « C’est pour ça. »

3. Êtes-vous plus « chat » ou « chien » ?

Je ne suis pas plus chien que chat. Présentement, j’ai deux golden retrievers, Bocou-Bocou et Bouille Leblanc, le petit dernier. Je serai golden jusqu’à la fin, je crois. J’ai aussi deux chats à la maison.

4. Comment décrire en quelques phrases la personnalité de Bocou-Bocou ?

C’est un être patient et compréhensif aussi. Il est animé par une grande bienveillance et je pense qu’il se demande ce que nous sommes en train de faire avec la planète... Il aboie parfois sans raison vers un nuage : je me dis qu’il doit être inquiet.

5. Racontez-nous un fait cocasse, inusité ou particulier concernant Bocou.

Un jour, il était à 50 mètres de moi, tout près d’un rang de campagne, lorsque j’ai vu un camion arriver à toute vitesse. J’ai crié : « ASSIS ! » (Je pouvais avoir l’air autoritaire, mais je n’étais que ferme.) Il s’est assis, et j’ai vu ses poils blonds voler au vent au passage du dix-huit roues. Un chien dompté protège au départ les enfants, mais il se protège aussi lui-même.

6. Racontez-nous un de ses mauvais coups.

Il a déchiqueté trois chapitres d’un roman. Je citerai donc Beckett dont le chien a fait la même chose avec le manuscrit d’En attendant Godot. Beckett a dû recommencer la pièce : « Mon chien est un excellent critique », a-t-il dit par la suite.

7. Quel est son endroit préféré ?

Mon lit. Je ne suis pas toujours d’accord.

8. Qui s’occupe de vos chiens lorsque vous partez à l’extérieur ?

Les chiens sont toujours avec moi. En Westfalia, c’est plus simple. Sinon, pour les voyages en Europe ou les conférences ici ou là, ce sera ma blonde ou ma fille qui auront le bonheur de subir les monstres. Pour les chats, c’est différent. Ils peuvent rester seuls pour un certain temps.

À propos de Jean-Pierre Girard

► Jean-Pierre Girard (jeanpierregirard.com) est écrivain, auteur de recueils de nouvelles, d’un roman, d’essais et de chroniques de voyages — dont L’Est en West, série estivale écrite avec sa fille Aurélie et parue dans Le Devoir, 2001, puis en livre chez Q/A, 2002.