/travel/destinations
Navigation

Exeter et son Festival de l’indépendance américaine

Le American Independance Museum est situé dans la maison Ladd-Gilman qui appartenait à un signataire de la Constitution et qui a servi de résidence au gouverneur du New Hampshire.
Photo courtoisie, American Independence Museum Le American Independance Museum est situé dans la maison Ladd-Gilman qui appartenait à un signataire de la Constitution et qui a servi de résidence au gouverneur du New Hampshire.

Coup d'oeil sur cet article

Exeter (NH) | On aime bien visiter les États-Unis, mais que sait-on vraiment des conflits qui ont pu mener à son indépendance ? Pour ­plonger dans l’histoire de ce pays, on peut se rendre à Exeter pour le 29e Festival de l’indépendance américaine (American Independance Festival).

Bien que les États-Unis célèbrent leur ­indépendance le 4 juillet, cette petite ville choisit plutôt la semaine qui suit, soit le 13 juillet cette année, pour reconstituer cette journée historique au cours de laquelle la déclaration d’indépendance fut remise à Exeter, le 16 juillet 1776.

Il s’agit du plus grand évènement familial du New Hampshire.

Au programme de cette 29e édition : ­reconstitutions de batailles, tirs de ­canons, démonstrations d’artisanat colonial ­organisées par le New Hampshire State Council on the Arts, activités pour les ­enfants, musique, etc.

Une jolie petite ville

On tombe facilement sous le charme ­d’Exeter, cette ville d’un peu moins de 15 000 habitants. On aime son centre-ville ­historique, les petites boutiques de la rue ­Water, ses ­rivières Exeter (douce) et Squamscott (salée) qui finissent par s’unir, sa proximité avec la mer et ses superbes ­bâtiments coloniaux.

Capitale de la guerre de la révolution du New Hampshire, Exeter a grandement contribué à la fondation des États-Unis, comme on le découvre au Musée Américain de ­l’Indépendance.

De nombreuses reconstitutions en costume d’époque sont prévues.
Photo Lise Giguère
De nombreuses reconstitutions en costume d’époque sont prévues.

Un plongeon dans l’histoire ­américaine

Ce dernier se décline en deux bâtiments bien distincts. Il y a d’abord la maison Ladd-Gilman (1721) qui appartenait à Nicholas Gilman Jr, un signataire de la Constitution, et qui servait également de résidence du gouverneur lorsque son frère John Taylor Gilman fut gouverneur du New Hampshire. Classée monument historique national, elle accueille les visiteurs dans cette architecture d’autrefois et dévoile plus de 3000 objets liés à l’héritage colonial et révolutionnaire (peintures, meubles, documents, etc.), dont une impression originale de la Déclaration d’indépendance, imprimée dans la nuit du 4 juillet 1776 à Philadelphie.

Place au plaisir

Une fois terminée la visite de la ­maison-musée, on peut se rendre à la Folsom Tavern, construite en 1775 par le colonel Samuel Folsom et visitée par George Washington en 1789. À cet endroit a vu le jour la Société des Cincinnati de l’État du New Hampshire, plus ancienne organisation patriotique du pays.

Entièrement restaurée pour retrouver son apparence d’origine du XVIIIe siècle, la Taverne Folsom accueille maintenant les visiteurs pour un Colonial Holiday Tea où l’on sert du thé avec scones, petits sandwichs et biscuits, pendant qu’à l’étage supérieur des ateliers proposent de confectionner ses propres sachets de lavande, de s’essayer à l’écriture ancienne avec une plume d’oie, etc.

À SAVOIR

  • Pour dormir et manger : ­Exeter Inn, un complexe de style ­géorgien datant de 1932 et son magnifique restaurant Epoch aux généreuses portions. Infos : theexeterinn.com et epochrestaurant.com
  • En raison de leur nature ­historique, le Musée de ­l’indépendance et la Tavern ­Folsom ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite.
  • De Water Street à ­Swasey Parkway, un sentier d’un ­kilomètre longe une rive jadis bordée de quais.