/sports/opinion/columnists
Navigation

Exotisme à Thetford!

Artem Oganesyan et Sadriddin Akhmedov sur le parcours de wakeboard, à Thetford.
Photo courtoisie, Vincent Éthier Artem Oganesyan et Sadriddin Akhmedov sur le parcours de wakeboard, à Thetford.

Coup d'oeil sur cet article

THETFORD | Le parcours de wakeboard de l’hôtel La Cache du domaine à Thetford fait de belles photos. Il a coûté « seulement » 2,2 millions, aussi bien s’en servir. Le photographe Vincent Éthier cherchait le bon angle pour cadrer Sadriddin Akhmedov et Artem Oganesyan. Un Kazakh et un Russe dans un rayon de soleil de Thetford.

Avec derrière eux, mais ignorées par la caméra, des montagnes de résidus d’amiante. Un jour, le gazon va pousser dans la masse grise, mais l’endroit est tellement beau qu’on oublie l’arrière-plan.

Sadriddin Akhmedov découvre le Québec au fil des combats de boxe. Shawinigan, Rimouski et cette fois Thetford. Réalisant que la 269 est une route magnifique et asphaltée comme un ruban de velours, que le centre-ville de Shawi est chaleureux et un peu folk et que Rimouski est une ville baignée par le Saint-Laurent qui lui donne une odeur de mer. Pas surprenant que Sadriddin y ait passé une soirée à chanter des complaintes kazakhes en s’accompagnant à la guitare en novembre dernier.

L’appel du Kazakhstan

Faut que le Québec soit beau et accueillant parce que les sirènes du Kazakhstan ont chanté fort pour le jeune champion kazakh. Au printemps, Sadriddin s’est retrouvé à Astana, la capitale, et a été accueilli en héros national : « Pas comme Gennady Golovkin, mais j’ai quand même rencontré le président », a-t-il raconté hier après la pesée.

Il a accepté de livrer un combat à Almaty pour un titre de champion d’Asie de la WBC pour un promoteur, milliardaire du pétrole du Kazakhstan, et s’est retrouvé Gros-Jean comme devant avec un chèque en bois. Ça s’appelle Suleiman Promotions.

En plus, il s’est cassé un os de la main droite pendant le combat et a été obligé de prendre un long repos : « J’ai des offres au Kazakhstan, mais j’aime mieux mener ma carrière ici au Québec », a-t-il dit lorsque je lui ai posé la question.

Il a souri et ajouté que c’était plus sécuritaire de faire des affaires avec nos promoteurs.

Le jeune homme de 21 ans est un ancien champion du monde chez les amateurs et champion du monde des moins de 22 ans WBC. Si sa main est bien guérie, c’est de la graine de champion du monde.

Avec les mois et maintenant les années passés au Québec, il s’adapte plus facilement : « Mais j’ai trouvé très difficile l’adaptation lors des premiers mois. Je ne parlais pas la langue, je ne connaissais personne et tous mes parents et amis étaient dans mon pays. Ça va mieux, mais je vais encore au Kazakhstan deux fois par année », dit-il.

L’entrevue s’est passée en russe. Akhmedov pensait en kazakh, répondait en russe, Serguei traduisait en anglais et je vous écris tout ça en français. Y a des chances que certaines précisions nous aient échappé...

On attend presque 3000 personnes à l’aréna. Le gala devait avoir lieu dans le stade de baseball de Thetford, mais on attend des orages pendant la journée et en soirée.

C’est la finale entre Sébastien Roy et le Français Mehdi Kasimi qui est la grosse vendeuse de tickets. Roy est un gars de la place et le Français, ben, comme le disait François Duguay, c’est un Français. Il a joué la carte de l’arrogance à la perfection. Un beau baveux que les gens vont adorer... haïr.

Un chouchou

En fait, avec Sadriddin Akhmedov, Raphaël Courchesne, Nurzat Sabirov et surtout le chouchou de plusieurs, le jeune Lexson Mathieu de Québec, 20 ans et toutes ses dents, Thetford va avoir droit à un gala de Centre Bell ou de Centre Vidéotron.

C’est inévitable, Eye of the Tiger Management a 24 boxeurs sous contrat, et le promoteur Camille Estephan doit les faire boxer. D’ailleurs, l’an prochain, on prévoit organiser 11 galas majeurs au Québec. Shawinigan aura certainement droit à une soirée de légendes poids lourds avec Adam Braidwood, Dillion Carman, Simon Kean en championnat canadien et l’énorme Arslanbek Makhmudov contre une victime quelconque de 225 livres qui va tomber au quatrième round.

Quant à David Lemieux, Steven Butler et Éric Bazinyan, ils auront droit en prime à la scène internationale.

Surtout qu’aux dernières nouvelles, Lemieux fait attention à son tour de taille.