/opinion/columnists
Navigation

François Legault diabolisé

Francois Legault
Photo Simon Clark Francois Legault

Coup d'oeil sur cet article

La popularité aussi spectaculaire qu’inattendue du premier ministre Legault perturbe, affole et enrage ses adversaires d’un océan à l’autre au Canada.

Il existe un mystère Legault, car qui peut se vanter d’avoir prévu que cet homme discret, modeste, parfois gauche devant des interlocuteurs, mal à l’aise avec les mots, se révélerait un premier ministre exceptionnel déclenchant des records de popularité à faire rêver tous les politiciens occidentaux ?

Cet homme possède des qualités qui ne trompent guère. C’est un fils du peuple demeuré authentique, élevé par une mère qu’il vénère et marié à une femme qui n’a pas froid aux yeux et pour laquelle il éprouve un amour admiratif, et qu’il consulte de façon permanente. Attentif à ses fils, il a ce côté bon père de famille qui lui attire l’affection des citoyens, qui ont confiance dans ce nationaliste qui se tient debout.

Sensibilité

Il ne méprise pas l’argent, qu’il a lui-même démystifié en devenant rapidement millionnaire après la création d’Air Transat. Mais c’est un homme qui agit dans le respect des autres, guidé par son expérience et sa sensibilité.

Jamais, en tant que ministre dans les gouvernements du Parti québécois, il n’a donné à penser qu’il se percevait en dauphin de ses collègues plus flamboyants que lui.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Or, la suite a prouvé que l’homme ne boudait pas son ambition. Il portait en lui une vision du Québec dans laquelle les Québécois se sont reconnus.

Car François Legault est volontaire et pragmatique. Il n’est ni démagogue ni idéologue. C’est un homme têtu, cependant, qui intuitionne la politique, faute de la théoriser.

Critiques

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba.
Photo d'archives
Brian Pallister, premier ministre du Manitoba.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a déclaré mercredi que la loi sur la laïcité était dangereuse et non canadienne. « Le Québec ternit l’image du Canada », a-t-il ajouté, faisant écho ainsi à Gérard Bouchard, qui s’inquiétait aussi de la mauvaise réputation qu’aurait le Québec avec cette loi. Bref, ils sont nombreux à affirmer que François Legault fait honte au Canada.

Des médias en parlent avec des mots à boulets rouges ou usent d’insinuations malveillantes. Le correspondant du Devoir à Québec rapporte ainsi dans son journal les propos du premier ministre Legault sur ses détracteurs albertains et manitobains : « Je pense que c’est complètement exagéré, a-t-il déclaré derrière le bureau offert par l’Union nationale à Maurice Duplessis il y a plus de soixante ans. » Le journaliste établit donc un lien politique entre le chef autoritaire et ultra-catholique des années de la grande Noirceur liberticide et François Legault, le modéré, courageux et respectueux représentant du Québec moderne et laïque.

D’autres adversaires mettent en lumière le danger de gouverner selon les vœux de la majorité. Ajoutant que le vrai courage consiste à gouverner contre celle-ci, qui, par sa nature même, malmènerait les libertés.

Décidément, les élites moralisatrices, souvent idéologiques, ne répugnent à aucun argument délirant. Ce qui prouve que le gouvernement Legault protège bien le Québec nationaliste et laïque, un rempart contre le multiculturalisme canadien.

Repos de la guerrière. Je vous retrouve fin août. Bon été à tous.