/news/green
Navigation

Golfe du Saint-Laurent: une autre baleine noire en danger

Coup d'oeil sur cet article

Une baleine noire de l’Atlantique Nord empêtrée dans un filet a été repérée dans le golfe du Saint-Laurent, a confirmé Pêches et Océans Canada, dimanche.

Le mammifère en difficulté, dont six de ses congénères ont perdu la vie dans la région récemment, a été détecté samedi après-midi par un navire de la Garde côtière canadienne au nord-est de l’île Miscou, au Nouveau-Brunswick. Cette zone est fermée à la majorité des pêches depuis avril.

«L’état de la baleine et la durée de son empêtrement sont inconnus pour le moment, a affirmé Pêches et Océans Canada par communiqué. Nous prenons cette situation très au sérieux. À ce titre, nous essaierons de trouver et d’étiqueter la baleine dès que les conditions météorologiques le permettront.»

Le ministère travaille en partenariat avec l’équipe de sauvetage des baleines de Campobello afin de voir comment libérer l’animal.

Clipper remorquée à Rivière-au-Renard

Par ailleurs, la carcasse de la baleine noire Clipper, sixième de son espèce à avoir été retrouvée morte dans le golfe du Saint-Laurent au cours des dernières semaines, a été remorquée dimanche matin à Rivière-au-Renard en vue de sa nécropsie.

Clipper, la baleine noire
Photo Jessica Taylor, Anderson Cabot Center-New England Aquarium
Clipper, la baleine noire

Découverte jeudi au large de la Gaspésie, la carcasse de la baleine doit être décortiquée lundi pour tenter de déterminer la cause exacte de son décès. Le lieu exact où sera pratiqué l’examen demeure encore à être déterminé.

L’imposant mammifère marin a été découvert le même jour qu’une autre baleine noire décédée, celle-là flottant au large de l’île d’Anticosti. Ces deux découvertes sont survenues au lendemain de l’annonce, par le gouvernement fédéral de nouvelles limitations de vitesse pour les navires dans le golfe, dans l’espoir de protéger les mammifères marins.

Clipper, la baleine noire
Photo Amy Knowlton, Anderson Cabot Center-New England Aquarium
Clipper, la baleine noire
  1. Les résultats préliminaires de deux nécropsies menées sur les baleines Comet et Punctuation semblent démontrer que celles-ci ont été tuées lors d’un impact avec un navire, a indiqué Pêches et Océans Canada.

Dans les deux cas, le ministère a évoqué un «décès dû à un traumatisme aigu, qui correspond à une collision avec un navire». Les résultats définitifs seront dévoilés dans les prochains mois.

Une nécropsie menée sur la baleine Wolverine en début juin n’avait toutefois pas permis de déterminer la cause de son décès. L’analyse de la carcasse de ce mâle de 9 ans n’avait pas permis de mettre à jour des marques démontrant un impact avec un navire ou un étranglement dans un filet de pêche.

Encore une femelle

La nouvelle du décès de Clipper a porté un nouveau dur coup à cette espèce en voie de disparition, alors qu’il s’agit de la quatrième femelle à périr ces dernières semaines. Observée pour la première fois en 2004, elle avait donné naissance à un baleineau une fois, en 2006, selon le Centre de la vie océanique Anderson Cabot, de l’Aquarium de Nouvelle-Angleterre.

Clipper avait hérité de son nom en raison de sa queue tranchée, fort probablement par une hélice de navire. Elle avait été aperçue en vie les 4, 5 et 10 juin dans le golfe du Saint-Laurent par des équipes de l’agence américaine des océans et de l’atmosphère.

Les scientifiques estiment qu’ils restent à peine un peu plus de 400 baleines noires dans le monde, dont seulement une centaine de femelles ayant la capacité de se reproduire. La population de cette espèce décline continuellement, les baleines noires ayant un taux de natalité inférieur à leur taux de mortalité, dû principalement aux impacts avec des navires et aux étranglements dans des filets de pêche.