/sports/hockey
Navigation

Les Penguins heureux d’accueillir Alex Galchenyuk

Les Penguins heureux d’accueillir Alex Galchenyuk
Photo d'archives Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Le directeur général des Penguins Jim Rutherford ne s’en cache pas: il est très heureux d’avoir fait l’acquisition d’Alex Galchenyuk.

Samedi, la formation de la Pennsylvanie a conclu un échange avec les Coyotes de l’Arizona en cédant Phil Kessel, Dane Birks et un choix de quatrième tour en 2021 en retour de Galchenyuk et de l’espoir québécois Pierre-Olivier Joseph.

«Nous sommes très excités d’obtenir un jeune joueur talentueux comme Alex Galchenyuk», a d’abord lancé Rutherford par voie de communiqué.

«Alex a marqué des buts dans le passé, a aussi dit le DG au quotidien Pittsburgh Post-Gazette. S’il joue à son plus haut niveau, il devrait être un joueur qui produit beaucoup de buts.»

Plus flexible

En envoyant Kessel en Arizona, Rutherford s’est donné un peu de marge de manœuvre financière en vue de l’ouverture du marché des joueurs autonomes, lundi.

«Nous n’avions aucune chance d’être actifs lundi, a-t-il reconnu. Maintenant, nous pouvons regarder quelques options. Nous avons quelques joueurs en tête. Nous aimerions ajouter quelqu’un à la formation. Nous espérons que cela sera un des éléments de cette transaction dans les prochains jours.»

Kessel a encore trois ans à écouler à son entente. Il aura un impact de 8 millions $ par saison sur la masse salariale de son équipe pendant cette période.

Galchenyuk, qui empochera 4,9 millions $ en 2019-2020, pourra profiter de l’autonomie complète en 2020.

«Nous pouvons soit faire signer un contrat [à Galchenyuk] ou obtenir plus d’espace sous le plafond salarial, a expliqué Rutherford. C’était quelque chose de nécessaire et nous avons pensé à cet aspect quand nous avons réalisé l’échange.»

Diplomate

Si plusieurs rumeurs voulaient que Kessel soit devenu, pour de nombreuses raisons, un élément de distraction dans le vestiaire, le DG des Penguins a fait preuve de diplomatie et s’est tout de même montré élogieux à l’endroit de son ancien numéro 81.

«Nous aimerions remercier Phil pour sa contribution. Il a été un élément important de nos deux conquêtes de la Coupe Stanley. Nous n’aurions pas été en mesure d’y arriver sans lui.»

John Chayka fébrile

En Arizona, le directeur général des Coyotes, John Chayka, s’est montré très fébrile vis-à-vis l’arrivée de celui que plusieurs surnomment «Phil The Thrill».

«Phil Kessel est un gagnant, un marqueur de buts d’élite et l’un des joueurs les plus productifs de la LNH depuis plusieurs années. Ses habiletés de marqueur constituent un besoin pour notre équipe.»

Difficile de contredire Chayka là-dessus, surtout lorsqu’on sait que les Coyotes ont présenté, la saison dernière, le cinquième pire rendement offensif de l’Association de l’Ouest (213 buts marqués).