/24m/city
Navigation

Déménagements: des amis fidèles au poste depuis 2011

Déménagements: des amis fidèles au poste depuis 2011
GABRIEL BEAUCHEMIN/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Depuis 2011, un groupe d’amis fait du 1er juillet un rendez-vous annuel en s’entraidant à travers leurs nombreux déménagements dans la métropole.

Réunis sur un balcon autour de quelques boîtes de pizza pour leur pause du dîner lundi, la quinzaine d’amis avaient déjà un déménagement complet de terminé et s’apprêtaient à en commencer un deuxième. Combien de déménagements au total ont-ils faits ensemble?

«Trop», a lancé spontanément Shafik Dissou, un sourire aux lèvres.

«Un peu plus qu’un par année, en moyenne. Il y a deux ans, on a eu au moins trois ou quatre déménagements», a poursuivi Nicolas Lemieux.

Avec l’expérience, ces grands mouvements ne représentent plus un véritable défi.

«On va se donner un A pour cette année, a indiqué Philippe Clément. Le seul problème peut-être, c’est qu’on n’a pas de glace, toutes nos boissons sont chaudes. C’est la petite affaire qu’il nous manquait pour le A+.»

Un échange de logements

Deux déménagements étaient à l’horaire de la bande en ce 1er juillet: un premier couple allait s’installer à Rosemont dans l’appartement d’un deuxième couple, qui lui se déplaçait vers un autre appartement un peu plus à l’ouest du quartier.

Étant donné la crise du logement que traverse actuellement la ville de Montréal, cet échange de loyers au sein d’un même groupe d’amis s’est avéré un choix judicieux.

«On s’est sauvé beaucoup de trouble. Ce n’était pas pour se sauver du trouble, mais je suis bien content quand même du résultat», a affirmé Pierre-Alexandre Bélanger.

«La jungle»

Lors du deuxième déménagement, tout se passait rondement alors que les boîtes traversaient une à une la porte d’entrée.

«Nous, on a été vraiment chanceux de le trouver parce que c’était pas mal la jungle dans Rosemont pour la recherche de logements, a poursuivi Joël Renaud, locataire d’un nouvel appartement dans le quartier. On a trouvé ça au mois de mars, vraiment tôt, avant même de résilier notre bail.»

À travers les déménagements du 1er juillet, qui pour plusieurs peuvent se révéler compliqués, ce groupe d’amis a réussi encore une fois cette année à tout terminer dans les temps.