/news/politics
Navigation

Dominic Leblanc a des liens avec cinq des six juges nommés dans sa province

Dominic Leblanc a des liens avec cinq des six juges nommés dans sa province
Photo d'archives, Christopher Nardi

Coup d'oeil sur cet article

Un ministre important du gouvernement Trudeau a des liens personnels avec cinq des six nouveaux juges nommés par le fédéral dans sa province du Nouveau-Brunswick.

Dominic LeBlanc, actuellement ministre aux Affaires intergouvernementales, est lié d’une façon ou d’une autre avec cinq des six personnes nommées à la magistrature, a rapporté la CBC mardi.

L’une d’elles, Marie-Claude Belanger-Richard, est mariée à son beau-frère. Trois autres nouveaux juges ont pour leur part aidé Dominic LeBlanc à rembourser ses dettes de campagne à la suite de sa course infructueuse à la chefferie du Parti libéral du Canada en 2008.

La nouvelle juge Tracey Deware est quant à elle voisine du ministre LeBlanc à son chalet de Grande-Digue, en Acadie.

Même si elle est connue pour ses sympathies envers le Parti conservateur, Mme Deware reste proche du ministre. Son mari, l’homme d’affaires Jacques Pinet, a lui aussi aidé financièrement Dominic LeBlanc après sa campagne au leadership.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

La secrétaire parlementaire du ministre fédéral de la Justice, Rachel Rappaport, a soutenu dans un communiqué envoyé à la CBC que le processus de nomination avait été transparent.

«Comme pour tous les citoyens canadiens, les candidats à la magistrature sont libres de participer personnellement à des activités politiques. Le processus de nomination ne disqualifie ni ne privilégie un candidat sur la base d'une association politique», a-t-elle déclaré.

Le gouvernement Trudeau avait promis de revoir le système pour éviter les nominations partisanes.

Toutefois, il reste une forte tradition en ce sens au Nouveau-Brunswick.

Comme le rapporte la CBC, une étude américaine publiée en 2010 par l’Université de Boise State, en Idaho, laissait entendre que 77 % des personnes nommées par le fédéral à la magistrature dans cette province avaient des affiliations politiques. La proportion était cinq fois plus petite en Ontario et Colombie-Britannique.