/news/politics
Navigation

Le français absent de la mission économique de la CAQ en Ontario

Plus d’emojis que de mots de français dans le discours du ministre de l’Économie

Le français absent de la mission économique de la CAQ en Ontario
Photo Twitter

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Le ministre de l’Économie du Québec Pierre Fitzgibbon n’a pas cru bon de s’exprimer en français mardi lors de son tout premier discours devant la communauté d’affaires de l’Ontario.

Dans un geste inhabituel, le ministre de l’Économie de François Legault n’a prononcé qu’un seul mot de français pendant une allocution devant une centaine des principaux acteurs du monde économique de l’Ontario.

« Oui the North », a-t-il lancé en boutade, en lien avec le slogan des Raptors de Toronto, We The North. À vrai dire, la version du discours remise aux médias contenait davantage d’emojis, symboles utilisés dans les échanges textos, que de mots de français.

Faux pas

Or, règle générale, les ministres et premiers ministres du Québec prononcent quelques phrases dans la langue officielle de la province lors d’allocutions ailleurs au Canada ou à l’étranger. Le bilinguisme est aussi la norme pour les ministres fédéraux.

L’ex-premier ministre du Québec Philippe Couillard avait été descendu en flamme par François Legault lorsqu’il s’était adressé en anglais seulement à un forum international tenu en Islande, en 2014.

« Je pense que M. Couillard n’a pas compris son rôle comme seul chef qui représente une majorité de francophones en Amérique du Nord », a-t-il alors dénoncé. « C’est inquiétant parce que, non seulement il n’avoue pas qu’il a fait une erreur, mais il nous promet de continuer. »

L’Ontario compte 675 000 francophones, ce qui fait la plus importante communauté francophone au pays, après le Québec. Bien que le français n’y soit pas une langue officielle, la province est tenue d’offrir des services dans les deux langues. Le gouvernement Legault avait d’ailleurs dénoncé, en décembre, les nombreuses compressions en francophonie ontarienne menées par le gouvernement de Doug Ford.

En entrevue au Journal, M. Fitzgibbon n’a pas semblé se formaliser de cet impair. « Je suis en Ontario. Je peux parler français aussi, mais je m’adressais principalement à des gens et c’était [par] respect des gens que j'ai agi comme ça. »

Ces propos ont choqué Joël Arseneau, porte-parole du Partri québécois en matière de langue française.

« C’est troublant, ce réflexe de mettre la langue française au rancart. [...] Dans une telle mission économique, le ministre a le devoir de promouvoir le Québec dans toutes ses particularités. Il a également raté une bonne occasion d’affirmer l’importance du fait français en Ontario, alors que les droits des Franco-Ontariens sont bafoués par le gouvernement Ford », a-t-il commenté. 

Le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal a lui aussi déploré ce geste. « En vertu de la loi et du simple bon sens, le français [...] doit être visible et audible dans le cadre des représentations de nos dirigeants à l’étranger comme au Canada », a fait valoir Maxime Laporte.

Un mea culpa

En après-midi, M. Fitzgibbon a finalement fait son mea culpa, sur Twitter. «Mes prochains discours compteront tous et toujours des passages importants en français, peu importe où je serai.»

Il s’agissait de la première opération charme de Pierre Fitzgibbon dans la capitale économique de la province. L’Ontario et le Québec ont enregistré des échanges qui s’élevaient à 80 milliards de dollars l’an dernier.

« On peut en faire beaucoup plus », a pour sa part insisté le ministre du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce de l’Ontario, Vic Fedeli, rappelant, lui, que les deux provinces ont le français et l’anglais comme langues communes.

Même John Boynton, le PDG du Toronto Star et vice-président de la Chambre de commerce, a lui prononcé quelques mots en français : « Vive le Québec, vive le commerce et vive le Canada », a-t-il dit.