/misc
Navigation

Le maire de Plattsburgh nous donne sa recette

Colin Read, maire de Plattsburgh
Photo courtoisie Colin Read. Maire de Plattsburgh

Coup d'oeil sur cet article

À une heure et demie de route de Montréal, Plattsburgh doit faire face aux mêmes caprices de dame Nature avec des périodes intenses de gel et de dégel, qui fragilisent chaque printemps son réseau routier.

Le Journal s’est entretenu avec le maire de la ville de 20 000 âmes, Colin Read, qui a lancé l’an dernier un vaste chantier de reconstruction de routes, afin de connaître la recette du succès des Américains.

Journal : Quel est votre secret ? Vos routes durent-elle vraiment une bonne vingtaine d’années comme nous disent les camionneurs québécois qui les empruntent ?

Colin Read : On peut s’attendre à ce qu’elles durent 20 à 25 ans si nous les entretenons bien après l’anniversaire de 15 ans. Toronto a une technique similaire. Après 15 ans, on commence à surveiller chacune d’entre elles annuellement pour voir combien de temps elles vont durer. Bien sûr, dès qu’on laisse l’eau aller en dessous, comme ça a été le cas l’hiver dernier, les routes vont s’endommager plus rapidement.

Que pensez-vous de l’état des routes au Québec ? Avez-vous constaté leur état ?

C.R. : Les routes sont en mauvais état à Montréal [rires]. [...] Je pense que vous avez plus de béton dans vos routes que chez nous. Je vous ai déjà vu les colmater avec ça. Le béton peut être problématique aussi. Ces craques-là sont plus difficiles à sceller. On a exploré l’idée avant. C’est rapide et facile de colmater une route avec ça, mais je me demande si ça dure bien. [...] J’ai constaté que vos colmatages avec du béton ont tendance à briser terriblement.

Qu’est-ce qui peut expliquer que nos routes sont à refaire plus vite que les vôtres ?

C.R. : Les routes doivent certainement durer plus que trois, quatre ou sept ans. Ça dépend peut-être de la profondeur ? Quand on repave une route, on creuse l’ancienne de trois à deux pouces et trois quarts. On la broie. On ajoute ensuite la nouvelle par-dessus. [...] Peut-être que vous ne faites pas le même broyage ? Je ne connais pas votre technique. Il faut s’assurer que la route soit ferme et stable avant de la repaver.