/sports/opinion/columnists
Navigation

Un message audacieux de Bergevin

Coup d'oeil sur cet article

Carey Price et Shea Weber ne cachent plus leurs sentiments vis-à-vis la situation dans laquelle ils se retrouvent avec le Canadien. 

La semaine dernière, ils confiaient à Arpon Basu, du site The Athletic, que le temps presse. 

Je résume les propos de Carey Price : « Si j’étais un peu égoïste, je voudrais qu’on vende tous nos atouts et qu’on fasse l’impossible pour atteindre l’objectif visé. Mais je sais qu’on ne peut pas faire ça, il faut penser à l’avenir. 

« Sauf que je ne veux pas attendre, je ne veux juste pas... » 

Quant à lui, Weber souhaite que le CH atteigne l’objectif visé le plus rapidement possible. 

« Est-ce qu’il me reste encore huit ans ? Pas vraiment. » 

Mais il s’empresse d’ajouter : « Zdeno Chara a plus de 40 ans. Et j’ai la chance d’évoluer devant le meilleur gardien au monde. » 

Les deux vétérans n’ont pas à craindre un seul instant que leur patron n’entretienne pas les mêmes ambitions. 

Lundi, il a secoué les structures de la Ligue nationale. Il a eu le courage de poser un geste que ses homologues de la Ligue nationale ont évité depuis des années, celui de provoquer un compétiteur au point d’aller dans sa cour et de tenter de lui ravir son meilleur joueur. 

Sebastian Aho a 21 ans. Il est un joueur de centre de premier plan, l’un des artisans de la formidable saison des Hurricanes de la Caroline. L’offre de 42,27 millions $ du Canadien est à faire rêver, mais elle est aussi intrigante. 

N’avait-on pas évalué Aho à 9 millions $ par saison ? 

Proposition étonnante 

On peut comprendre la première réaction de Don Waddell, celui qui s’occupe des intérêts du propriétaire des Hurricanes, Tom Dundon. Il pensait que pour retenir les services d’Aho en Caroline, ça lui coûterait la somme de 9,5 millions par saison. 

 « Je ne pensais pas que j’aurais si peu de difficulté à négocier une entente », a-t-il déclaré. 

 C’est pourquoi on doit s’étonner de la proposition de Bergevin. 

 Mais il est évident que le directeur général des Hurricanes a étudié plusieurs scénarios. Et à partir du moment où Sebastian Aho désire évoluer pour le Canadien, avec le contrat qu’il lui a proposé, Bergevin a plongé dans un monde qui risque de lui faire la vie dure. 

 Paul Holmgren n’a-t-il pas affirmé, la semaine dernière, que l’offre hostile présentée à Shea Weber, qui évoluait à l’époque avec les Predators de Nashville, avait eu des conséquences fâcheuses sur sa carrière de directeur général ? 

 C’est certain qu’on va lui reprocher d’avoir osé... 

 Mais Bergevin s’en moque. Il veut gagner au plus vite. Ses vétérans le désirent et le contexte l’invite à obtenir des résultats immédiats. 

 Et on a beau supposer qu’il aurait dû faire une meilleure offre, ne croyez-vous pas que les décideurs du Canadien n’ont pas fait leur devoir ? Ils savent que Dundon éprouve des ennuis au plan financier. Ils savent également que Dundon n’est pas en Caroline pour bien longtemps. 

 Le joueur se prononce 

 La structure de l’entente, à partir du moment où Aho a accepté le contrat que lui a proposé le Canadien, fait en sorte que les Hurricanes devront verser plus de 21 millions au joueur dans les 11 prochains mois. 

 Dundon va-t-il embarquer dans une telle aventure ? 

 Au cours des derniers jours, malgré une saison exceptionnelle, les changements administratifs se multiplient au sein de l’organisation. Plusieurs sont partis, l’atmosphère est loin d’être à la fête. 

 Bergevin ne croit pas qu’il avait à accorder plus de 8,5 millions à Aho. S’il avait fait une offre plus généreuse, il aurait risqué alors de perdre ses deux premiers choix au repêchage et des choix de deuxième et troisième tours. 

 Avec une proposition de 8,454 millions ou moins, si les Hurricanes n’égalent pas l’offre, ils obtiendront un choix de premier tour, un choix de deuxième tour et un choix de troisième tour. 

 Sans doute, depuis la Colombie-Britannique, Price et Weber ont sans doute sursauté quand ils ont appris la nouvelle. Maintenant, leur patron a attiré les projecteurs vers lui. Dans le cas de Price, au moins, il connaît l’identité de son adjoint, Keith Kinkaid. 

 Quant à lui, Weber devra attendre pour savoir qui jouera à sa gauche. Du moins quelques jours de plus. 

 Va-t-il gagner son pari ? 

 Car pour l’instant, c’est le dossier Sebastian Aho qui retient toute l’attention. Bergevin gagnera-t-il son pari ? J’imagine que ses chances sont plutôt minces. On voit mal les Hurricanes ne pas égaler l’offre du Canadien. 

 Waddell ne cache pas qu’il va faire poireauter son rival parce qu’il n’a pas l’intention de lui tendre la main et de lui permettre de poursuivre ses recherches sur le marché des joueurs autonomes. 

 C’est de bonne guerre. 

 Mais entre-temps, il devra gagner du temps afin de permettre à son proprio de trouver 21 millions dans les 11 prochains mois. C’est plus de la moitié des revenus de vente des billets en Caroline. 

 On peut difficilement s’imaginer que les Hurricanes ne prendront pas les dispositions pour retenir Aho, même s’il vient de lancer comme message qu’il veut jouer ailleurs, notamment à Montréal. Il est le joueur d’influence de cette organisation. 

 Quel message Dundon va-t-il lancer aux partisans de l’équipe ? 

 Bergevin, en premier lieu, avait un intérêt poussé pour Brayden Point, du Lightning de Tampa Bay. Mais en fin de compte, Gerry Johansson, l’agent des deux joueurs, a prévenu Bergevin qu’Aho était celui offrant les meilleures possibilités de gagner à la loterie. 

 Il y a peut-être plusieurs propriétaires qui ont fait la grimace en apprenant la décision du Canadien, mais on devrait reconnaître que Bergevin a fait son boulot et qu’on ne soulèvera pas le mot « collusion » dans les discussions sur les joueurs autonomes avec restriction. 

 Bergevin a brisé la barrière. 

 J’aurais souhaité qu’il présente une offre hostile plus mordante, plus étoffée, une offre acculant Dundon et les Hurricanes au mur. Je ne suis pas certain qu’il a accompli cette mission. Mais tout de même, il a eu le culot de présenter une offre hostile. 

 Et si ça ne fonctionne pas, que fera-t-il ? 

 Il y aura moins de clients au marché des joueurs autonomes. Il aura alors fait chou blanc et ce n’est pas ce que souhaitent les vétérans de l’équipe. 

 Il reste que pendant quelques jours, tout le monde attendra le dénouement de l’affaire Aho. 

 Si Bergevin gagne son pari, attendez-vous à ce que d’autres offres hostiles soient présentées aux joueurs.