/finance
Navigation

Bâtiment d’acier Finar appuie sur le champignon

Bâtiment d’acier Finar appuie sur le champignon
Capture d'écran, Google Maps

Coup d'oeil sur cet article

Bâtiment d’acier Finar se donne les moyens de ses ambitions. L’entreprise de Lévis injectera 2,2 millions $ pour l’achat de nouveaux équipements et pour agrandir ses installations.

Une conférence de presse a eu lieu, mercredi, au siège social de l’entreprise en compagnie de représentants du gouvernement d’Ottawa. 

Il faut dire que le fédéral investira un million de dollars afin d’appuyer le projet de croissance de la compagnie spécialisée dans la transformation de l’acier pour les secteurs commercial et industriel, notamment pour la construction de bâtiments. L’argent provient des coffres de l’agence de Développement économique Canada.

Il s’inscrit dans l’aide financière sous forme de subvention annoncée par Ottawa qui visait à soutenir l’industrie alors que l’administration de Donald Trump avait choisi d’imposer des tarifs de 25 % sur les importations canadiennes d’acier et de 10 % sur les produits d’aluminium. En mai dernier, ces tarifs ont finalement été levés.

16 000 pieds carrés

Joint par Le Journal, le vice-président aux ventes chez Finar, Marc-André Dumas, a accepté de parler des projets de l’entreprise.

La première phase de travaux, qui consiste à faire passer l’usine d’une superficie de 9000 à 16 000 pieds carrés, devrait être complétée en mars 2020. Une dizaine d’emplois devrait être créée.

«Cela va nous permettre d’augmenter notre productivité et notre compétitivité. Nous avons une croissance de notre chiffre d’affaires entre 5 % et 10 % par année depuis 2015», avance M. Dumas. «Nous allons maintenant réaliser un agrandissement de 7000 pieds carrés de nos installations. Nous allons aussi acheter un robot de découpe au plasma. On va aussi mettre un système de brossage mécanisé», énumère-t-il. 

Par la suite, la direction souhaite réaménager ses bureaux administratifs. Cet investissement se fera dans une deuxième étape. Cette dernière devrait être complétée en 2021.

Finar, qui compte une cinquantaine de travailleurs, brasse des affaires au Québec, en Ontario et dans les provinces maritimes. La compagnie n’écarte pas la possibilité de réaliser un jour une percée du côté du pays de l’Oncle Sam.

«Actuellement, 75 % de notre chiffre d’affaires comprend le design et la construction de bâtiments», affirme M. Dumas.

L’entreprise spécialisée notamment dans les outils de coupes industriels, DK-Spec, située aussi sur le Chemin Olivier à Saint-Nicolas, à Lévis, a également reçu un coup de pouce financier, mercredi, d’Ottawa.